Pérou: des milliers de dauphins morts

Les dauphins au Pérou meurent de façon mystérieuse depuis quelques mois.

Depuis trois mois, le spectacle sur les côtes du Pérou est effrayant, plus de 3000 dauphins ont été retrouvé morts par les habitants des villages côtiers. Ce bilan s’alourdit de jour en jour, et les circonstances de ces milliers de morts restent floues.

Des morts mystérieuses

 Ce sont les pêcheurs de la ville de Lambayeque, au nord du Pérou, qui ont les premiers observé ce phénomène. En plus des 3000 dauphins retrouvés ces derniers mois, se sont ajoutées 481 nouvelles carcasses ces derniers jours. Selon les autorités péruviennes le nombre de découvertes macabres ne fait que croître, et l’on dénombrerait une trentaine d’échouages par jour.

Les causes de ces morts restent mystérieuses.  Certains spécialistes, dont Carlos Yaipen, membre de l’Organisation scientifique pour la conservation des animaux aquatiques (ORCA), pensent qu’elles seraient attribuées au procédé de détection des huiles par ondes sonores utilisées par des compagnies espérant trouver du pétrole dans la région. De plus les dauphins ne sont pas les seuls animaux marins victimes de ce procédé, il touche aussi les baleines, les tortues et les phoques.

Enquête des autorités sanitaires

 Même si les sonars et ondes sonores utilisés par les compagnies semblent sans conséquence sur l’environnement, ils seraient au contraire à l’origine de la désorientation des dauphins et de leur décès. Selon une étude de 2003 menée par la Zoological Society of London sur les effets des sonars sous-marins, la formation de micro bulles d’oxygène dans le sang des dauphins  peut provoquer un syndrome de décompression, mettant à mal leur orientation et pouvant provoquer leur mort.

Dans le cas des dauphins morts au Pérou, une enquête officielle est conduite par l’Instituto del Mar del Peru (IMARPE). Les scientifiques ont procédé à des analyses et des prélèvements sur les carcasses afin de déterminer les origines exactes de cette hécatombe. Les résultats tardent à venir.

Source: Maxiscience.com