Taxe carbone – une adoption mouvementée en Australie

Alors que la lutte contre le réchauffement climatique incite les associations et organisations non gouvernementales de protection de l’environnement à toujours plus de mobilisation, ce sont les manifestations anti écologistes qui trustent le haut du pavé en Australie.

En effet, près de 2.000 personnes se sont réunies mardi 16 août devant le Parlement de Canberra, pour protester contre l’institution d’une taxe carbone, soutenue par le Premier ministre Julia Gillard avec l’appui des Verts et des Indépendants. Celle-ci sera d’un montant de 23$ par tonne de gaz carbonique émise et entrera en vigueur au 1er juillet 2012. Elle frappera alors les grands pollueurs du pays.

Les manifestants contestent précisément le fait que Julia Gillard, issue du Parti travailliste de centre gauche, ait été réélue récemment à une courte majorité, au cours de l’année 2010, grâce justement à sa promesse de ne pas instituer une telle taxe. Parmi eux, certains sont même allé jusqu’à réclamer la tenue d’une nouvelle élection, alors que dans le même temps, l’opposition lui réclamait de plates excuses pour avoir gagné de la sorte.

Mais pour l’intéressée, l’institution d’une telle taxe reste « la meilleure option pour l’avenir de l’Australie ». En prenant la responsabilité de cette décision, elle a par ailleurs rappelé aux manifestants qu’elle avait été élue « pour prendre des décisions difficiles, importantes pour l’avenir de la nation ».

Sources : The Guardian.