Le lobby OGM courtise les candidats à la présidence

L’Association Française des Biotechnologie Végétales (AFBV) a adressé une lettre à tous les candidats à la présidentielle afin de solliciter leur soutien aux OGM. Dans cette lettre, poétiquement intitulée « les biotechnologies végétales, une chance pour le développement durable de l’agriculture », l’AFBV pousse ainsi un « cri d’alarme pour sauver les Organismes Génétiquement Modifiés biotechnologies végétales  dans notre pays ». Selon l’association, les OGM contribueraient à « une agriculture durable économiquement viable, socialement responsable et écologiquement saine »…

Pour mieux convaincre, l’AFBV appuie son discours sur plusieurs arguments :

Nos OGM vont permettre de nourrir le monde :

Le principal raisonnement des disciples du lobby OGM reste toujours le même : pour nourrir l’humanité, l’utilisation des OGM est inévitable, car sans eux, le monde ne pourra pas manger à sa faim. « Le monde est confronté au défi de devoir nourrir plus de 9 milliards d’humains en 2050, ce qui exigera d’augmenter la production agricole de 50%. Cette augmentation devra se faire à 80% par la croissance des rendements des cultures et essentiellement dans les pays en développement ».

Etrangement, de nombreux scientifiques mettent en avant le fait que c’est justement cette forme d’agriculture intensive qui épuise les ressources de la terre et qui va finalement mener à une crise alimentaire mondiale. « L’industrialisation de l’agriculture, avec l’usage massif d’engrais chimiques, de pesticides et de semences hybrides et la mécanisation excessive, a porté gravement atteinte à la terre nourricière et à la culture paysanne. Ne pouvant produire sans détruire, l’humanité s’expose ainsi à des famines sans précédent », explique Pierre Rabhi, reconnu expert international pour la sécurité alimentaire.

Vous allez perdre de l’argent

« L’Europe et la France ne peuvent rester plus longtemps à l’écart du dynamisme de l’innovation dans la création variétale issue du génie génétique et que l’on peut constater dans de nombreux pays, aux Etats-Unis comme dans les pays émergents, lesquels sont déjà nos concurrents sur les marchés mondiaux des produits agricoles et agroalimentaires. Ne pas agir dans ce domaine créera à échéance rapide une perte d’expertise, une dépendance technologique et économique, une perte de compétitivité coûteuse pour notre agriculture et négative pour notre balance commerciale, pour l’emploi et notre sécurité d’approvisionnement en matières agricoles. Relancer notre recherche dans le domaine des biotechnologies vertes s’inscrit parfaitement dans la volonté affichée de relancer la croissance en remettant au centre de la politique économique une dynamique de l’offre de production de nos filières agricoles et agro-industrielles sur le territoire français », explique ainsi la lettre aux candidats.

De la publicité pro-OGM à la télé ?

L’AFBV demande aux candidats s’ils ont l’attention d’agir auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel afin de « veiller à ce que les grands médias respectent le pluralisme des idées sur les controverses scientifiques et ainsi assurer une information des citoyens rigoureuse et équilibrée sur les grands enjeux scientifiques de notre pays ». L’association souhaite sensibiliser le grand public à la cause OGM…

Rappelons que, selon un sondage IFOP / Ouest France publié en décembre 2011, 80% des Français se déclarent opposés à la culture de plantes génétiquement modifiées en plein champ en France.

 

Source : bioaddict.fr

Commentaires

  1. Pour des personnes engagées dans la préservation de l’environnement, vous n’avez pas l’air de connaître autre chose des biotechnologies végétales et des OGM que le discours récurrent des anti-OGM qui vous a été servi depuis 1997 et sur lequel vous ne semblez pas avoir pris de recul (mais si votre référence est Rabhi, « reconnu par expert international pour la sécurité alimentaire » – ah ! si c’est vous qui le dites alors ceci explique cela).

    Qui plus est (et on y reviendra ensuite) vous déformez les propos de l’AFBV. Nulle part dans cette lettre, il y est mentionné que les OGM vont permettre de nourrir le Monde. Les biotechnologies végétales (pour votre information de base) ne se limite pas aux OGM. Il s’agit d’un domaine beaucoup plus vaste comprenant toutes les techniques de culture in vitro, de sauvetage d’embryon, la variation somaclonale, la mutagenèse aléatoire, le TILLING, la cisgénèse, la recombinaison homologue, les croisements interspécifiques, les techniques de gynogenèse et d’androgenèse, les techniques d’haplodiploïdisation et j’en passe !
    Néanmoins que vous les réduisiez aux seuls OGM témoignent à l’évidence de vos connaissances superficielles du domaine.

    Ce fameux argument de « nourrir le monde » a justement été mis en avant par les antis OGM le mettant dans la bouche de ceux qui en font.
    Les utilisateurs de la transgénèse ont une connaissance (et conscience) bien plus grande de ce problème que vous n’en avez et ils ont la modestie de penser que ce n’est pas cette seule technique qui va résoudre la faim dans le monde d’autant qu’il est (ce problème) uniquement politique. On produit, en effet, suffisamment pour pouvoir nourrir les 7 milliards d’hab que nous sommes aujourd’hui et nous produirons suffisamment pour nourrir les 9 milliards que nous serons en 2050.
    Ce que vous devriez arriver à comprendre, c’est que nous avons en permanence besoin de nouvelles variétés et que la transgénèse est un outil formidable pour le faire de manière plus rapide, plus sûre et plus efficacement. Se passer de cet outil serait suicidaire pour l’humanité d’autant qu’il n’est pas plus dangereux que n’importe quel autre (y compris qu’un simple croisement). Le jour où vous aurez bien compris cela, peut être arriverez vous à avoir un autre regard sur les OGM qui, au final, ne sont que de nouvelles variétés parmi toutes les autres une fois obtenues et mises sur le marché.
    Les mêmes lois de la biologie s’appliquent pour elles comme pour tous les organismes vivants.
    De plus, vous qui semblez vous préoccuper d’écologie, on se demande pourquoi vous refusez des variétés GM qui ont un meilleur EIQ que les conventionnelles voire mêmes que celles obtenues par l’AB. Comment pouvez vous écologiquement vous opposez à des variétés qui demandent moins d’intrants, qui se défendent toutes seules (sans utiliser de produits chimiques de synthèse, vous savez ces méchants pesticides !!) qui ne sont pas plus dangereuses pour l’environnement, qui sont certainement plus saines (et notamment par une présence moindre de mycotoxines). J’attends vos arguments avec impatience (et même pour la pomme de terre Amflora, pomme de terre destinée à l’industrie amidonnière).

    Sur le deuxième point, l’AFBV est particulièrement gentille parce que pour ce qui est de la perte de compétences, l’absence de recherches dans le domaine, de compétitivité (40 millions de tonnes de tourteaux de soja et de maïs GM rentrent en Europe chaque année)… il y a longtemps que la France est out !

    Quant au troisième point, il rejoint le premier car en effet dans ce « billet », vous déformez des propos, vous attribuez faussement des dires à d’autres, vous présentez des données de manière orientée pour aller dans le sens de votre opinion partielle d’un sujet que vous ne maîtrisez pas. Les mêmes mensonges sont serinés maintenant depuis près de quinze années.
    Alors oui, si le CSA pouvait rappeler à l’ordre tous les gens qui profèrent des mensonges, crient au loup depuis 15 années, la Société dans son ensemble y gagnerait.

    S’il ne se disait que des choses utiles, il se ferait un grand silence dans le monde !