Bilan du Plan véhicules décarbonés et nouveaux engagements

plan véhicules décarbonés

Le Ministre de l’Industrie, Eric Besson, a appelé, mardi 6 septembre, l’ensemble des acteurs impliqués dans le développement des véhicules électriques et hybrides (constructeurs, équipementiers, électriciens, fabricants de solutions de recharge, installateurs…) à se réunir autour d’une table-ronde sur les véhicules décarbonés.

L’occasion de faire le point sur le développement de la filière de cette de cette nouvelle génération de voitures.

Actions gouvernementales

Le ministre a rappelé les actions mises en œuvre par le Gouvernement depuis quatre ans pour faire émerger des véhicules décarbonés compétitifs. Il a notamment fait état de l’avancée du plan national pour le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables, lancé par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire en octobre 2009. L’objectif de 2 millions de véhicules décarbonés sur les routes à l’horizon 2020 est plutôt en bonne voie. « La mobilisation du Gouvernement en faveur du véhicule décarboné porte pleinement ses fruits. » Sur les 750 millions d’euros réservés au « véhicule du futur », 500 millions ont déjà donné lieu à des appels à manifestation d’intérêt (AMI). Ce plan s’appuie également sur l’appel d’offre de La Poste-Ugap (centrale d’achat public) de 50.000 véhicules électriques (la livraison de la première moitié est prévue pour fin octobre 2011) ou encore sur le bonus automobile, qui, depuis 2008, a déjà soutenu l’acquisition de 3,9 millions de nouveaux véhicules peu polluants par les consommateurs français.

Calendrier des constructeurs automobiles

Cette table-ronde a également permis aux constructeurs de présenter leur calendrier de commercialisation de leurs véhicules décarbonés.

« Les industriels français sont à l’heure dans leurs programmes véhicules du futur », a déclaré Eric Besson qui s’est réjoui de la sortie sur le marché des nouveaux véhicules des constructeurs Renault (Kangoo zéro émission), PSA (Citroën C-Zéro, Berlingo électrique, Peugeot Ion, 3 008 hybride) ou encore du Groupe Bolloré (Blue Car).

Une charte, dix engagements

Une charte en faveur du véhicule électrique et hybride a été signée par le ministre et l’ensemble des professionnels du secteur présents à cette table ronde. Celle-ci précise les nouveaux engagements des industriels, qui prendront effet à la commercialisation des offres de chacun.

Les industriels signataires de la charte prennent les dix engagements suivants  :

Proposer des offres de véhicules électriques et hybrides attractives pour les particuliers

Promouvoir les véhicules électriques et hybrides auprès des acquéreurs de flottes

Promouvoir les véhicules électriques et hybrides auprès des collectivités

Assurer le plus haut niveau de sécurité des véhicules

Offrir des systèmes de garanties adaptés

–      Mettre en place un service après-vente adapté

Fournir une information transparente sur les conditions d’usage des véhicules

–      Faciliter la recharge des véhicules

Faciliter l’accès à l’infrastructure publique

–      Optimiser l’impact environnemental

« La Charte signée aujourd’hui par l’ensemble des constructeurs, électriciens et équipementiers automobiles, permet de franchir une nouvelle étape dans la diffusion du véhicule du futur. Elle illustre la mobilisation unanime des industriels pour répondre aux préoccupations concrètes des utilisateurs », a indiqué Eric Besson.

 

Malgré les avancées notables, le marché de l’hybride et de l’électrique reste timide avec seulement 6.011 voitures hybrides et 955 électriques immatriculées sur les six premiers mois de l’année.

Sources : actu-environnement, gouvernement.fr, enerzine.com