Elevage porcin : la honte des Etats-Unis

L’association de défense pour  la cause animale américaine Mercy For Animals a réussi à infiltrer les bâtiments de l’un des plus gros producteurs de porcs de l’Iowa, Iowa Farms Select Kamrar.

Les conditions d’élevage intensif sont tout bonnement impitoyables. Les porcs sont gardés dans des bâtiments surchargés, entassés les uns sur les autres et où l’éclairage est quasi-inexistant. Le sol, dépourvu de paille, empêche un comportement normal de fouille.

Les porcelets sont généralement enlevés brutalement à leur mère à l’âge de quatre semaines, alors qu’à l’état naturel, le sevrage se fait progressivement vers l’âge de trois ou quatre mois. Ces petits cochons sont par ailleurs castrés dès les premiers jours de leur courte vie et ce, sans anesthésie.

A cause des densités d’élevage trop élevées et de l’environnement appauvri, il est fréquent que les porcs mordent la queue de leurs congénères. Pour éviter cela, les éleveurs emploient une solution radicale et des plus barbares, en coupant tout simplement la queue des pauvres bêtes.

Dans certains élevages, les porcs sont tout simplement enfermés dans de minuscules cages afin de les empêcher de bouger dans le but de les engraisser plus rapidement, comme le montre la vignette de l’article.

La vidéo diffusée sur le site internet de l’association est d’une intolérable cruauté.

Attention, cette vidéo est susceptible de choquer, âmes sensibles s’abstenir.

 

Source : PMAF

 

Scandale en Europe : les conditions déplorables de l’élevage des poules pondeuses

L’Union européenne a sommé jeudi dernier 13 pays d’améliorer, sous peine de poursuites, le sort de 47 millions de poules pondeuses tenues dans des cages trop petites et mal aménagées. Actuellement dans l’Union Européenne, une poule pondeuse sur sept n’est pas élevée dans des conditions satisfaisantes, a souligné la Commission européenne en donnant aux Etats concernés deux mois pour se conformer aux nouvelles normes entrées en vigueur le 1er janvier 2012. La France et douze autres pays, la Belgique, Chypre, l’Espagne, la Grèce, la Hongrie, la Lettonie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal et la Roumanie, avaient pourtant douze ans pour se préparer à ces normes, adoptées en 1999.

 

« La Commission regrette, qu’après toutes ces années, plus de la moitié des Etats membres de l’UE ne se soient pas conformés aux règles » a souligné son porte-parole en charge du dossier, Frédéric Vincent.

 Jusqu’à fin 2011, chaque poule disposait de l’équivalent minimal d’une feuille A4 d’espace au sol dans les élevages traditionnels en batterie. Les nouvelles normes prévoient de donner à chaque poule au minimum 750 cm2 d’espace dans leur cage, soit une feuille A4 agrandie de l’équivalent d’une carte postale. De nouveaux aménagements spécifiques doivent également être installés dans les cages, tel que des nids, des perchoirs offrant au moins 15 cmpar poule, de la litière permettant le picotage et le grattage. Cette très légère avancée dans la prise en compte du bien être des gallinacés constitue un minimum réglementaire que la ProtectionMondialedes Animaux de Ferme (PMAF) souhaite voir évoluer.

Selonla PMAF, 17% des établissements européens n’ont pas appliqués ces nouvelles normes. De 3 à 3,7 millions de poules pondeuses seraient aujourd’hui élevées en cages illégales.

Actuellement, les œufs produits par ces poules élevées dans ces cages interdites continuent à être commercialisés sous forme d’ovo-produits (sauces, biscuits, pâtes…).La PMAFinvite les industriels utilsant ces ovo-produits à se fournir exclusivement en œufs de plein air, et à suivre l’exemple d’entreprises telles que Lessieur qui, en 2011, a totalement exclu les œufs de batterie de ses mayonnaises.

En France, 46 millions de poules pondeuses sont utilisées pour produire les œufs, la consommation moyenne est de 231 œufs par habitant et par année. A une écrasante majorité (80%), les poules pondeuses sont élevées en cages. Après une année à pondre, entassées les unes sur les autres, elles sont tuées dans un abattoir.

L’élevage de plein air est le seul mode d’élevage permettant aux poules pondeuses d’accéder à un niveau de bien-être satisfaisant et de vivre une vraie vie de gallinacé. Déployer ses ailes, gratter le sol ou encore courir.

Pour vous repérer dans vos achats, les règles de marquage et d’étiquetage pour la vente des œufs sont harmonisées au sein de l’UE. Sur chaque œuf figure obligatoirement le code producteur donnant des informations sur la provenance et le mode d’élevage.

Code 3 : œufs de poules pondeuses élevées en cage

Code 2 : œufs de poules pondeuses élevées au sol sans accès à l’extérieur

Code 1 : œufs de poules pondeuses élevées en plein air

Code 0 : œufs de poules pondeuses élevées en mode biologique

Les œufs utilisés dans la fabrication de produits alimentaires proviennent le plus souvent de poules élevées en cage (sauf mention contraire sur l’emballage).

Voici une vidéo réalisée ces dernières semaines par l’association de protection des animaux L124. Attention, images chocs.


 

Sources : AFP   mcetv.fr  frequenceterre.com