La Nasa retrace l’histoire du réchauffement climatique en vidéo

Pour ceux qui doutent encore du réchauffement climatique, la NASA vient de réaliser une vidéo de 26 secondes retraçant l’évolution de la température sur terre au cours de ces 130 dernières années. Surprenant et angoissant.

Cette animation, réalisée par le laboratoire de la Nasa Goddard Institute for Space Studies (GISS), révèle une nette augmentation de la température depuis la fin des années 1970, renforcée dans les années 2000. Les couleurs rouges représentent des températures supérieures à la moyenne de la période de référence (1951-1980), quant aux couleurs bleues, elles, représentent des températures inférieures.

Les données proviennent des relevés d’un millier de stations météo dans le monde, des observations satellitaires de la température de la surface de la mer et des mesures effectuées par la station de recherche de la NASA en Antarctique.

L’année 2011 se classe 9ème année la plus chaude au niveau planétaire. « Même avec les effets rafraîchissants d’une forte influence de la Nina et une activité solaire faible ces dernières années, 2011 a été une des dix années les plus chaudes enregistrées », indique James Hansen, directeur du GISS.

L’agence spatiale américaine confirme que la hausse des températures est largement soutenue par l’augmentation des concentrations des gaz à effets de serre dans l’atmosphère, particulièrement du dioxyde de carbone, produit par l’activité humaine. La concentration de CO2 dans l’atmosphère à aujourd’hui dépassé 390 parties par million, contre 285 en 1880.

Selon de nombreux scientifiques, le taux maximal acceptable de CO2 qui peut être envoyé dans l’atmosphère ne peut dépasser 350 parties par million…

Source : ecologie.blog.lemonde.fr

Des centrales électriques dans l’espace d’ici 30 ans

notre-planete.info

Enerzine.com, à la pointe de l’actualité énergétique, diffuse aujourd’hui un article non inintéressant dédié aux futures centrales électriques, qui pourraient éviter de susciter toute problématique d’acceptabilité – par les riverains entre autres – puisqu’elles seront situées dans l’espace !

Et oui, comme l’indique l’intitulé de l’article, « des centrales électriques en orbite terrestre, c’est possible ! ». On en parle déjà depuis plusieurs années.

Basée à Paris, l’Académie internationale d’astronautique aurait fait savoir que « des programmes spatiaux pourraient être mis en œuvre d’ici 30 ans, dans le seul but de capter l’énergie solaire directement de l’espace, un moyen rentable selon elle de pourvoir aux besoins en énergie des Terriens ».

Des scientifiques du monde entier auraient d’ores et déjà élaboré un scénario selon lequel des centrales électriques en orbite capteraient les rayons du soleil avant de les transmettre vers la Terre. « Ce procédé serait techniquement réalisable d’ici une décennie ou deux, rien qu’en se basant sur les technologies existantes en laboratoires ».

Des satellites robotisés seraient donc en charge de récupérer l’énergie solaire et de nous la renvoyer. De façon plus précise, seraient lancés en orbite géostationnaires « des satellites chargés de capter l’énergie du soleil et pourvus de bras articulés orientables ». Intelligent, ce système permettrait aux divers satellites d’être mis « en orbite sur l’équateur » dont l’ensoleillement est qualifié de « maximal et permanent ».

L’énergie réfléchie par les multiples satellites serait  « captée vers un dispositif maître, qui à son tour convertirait l’énergie concentrée en électricité pour après les transmettre vers la terre via un laser ou une antenne à micro-onde » ; « des équipements au sol s’occuperaient de récupérer ces flux extraterrestres et de les injecter dans les réseaux électriques ».

Enerzine.com cite John Mankins, un ancien responsable Concept à la NASA, qui a dirigé cette étude. Selon lui, « un projet pilote visant à démontrer la faisabilité de cette technologie est tout à fait envisageable grâce notamment aux lanceurs à bas coûts actuellement en cours de développement ».

Evidemment, ce projet n’en étant qu’à un expérimental pour l’instant, « des obstacles existent avant d’arriver à une telle réalisation ». Parmi ces difficultés, « la problématique des débris spatiaux ». Il faut dire que si la Terre est polluée, l’espace ne l’est pas moins. Rappel ici.

« Le manque d’études ciblées et le coût final de développement » figurent également parmi les limites à franchir. La communauté scientifique concernée appelle donc les acteurs publics et privés à encourager cette nouvelle perspective pour le secteur énergétique en cofinançant des études de viabilité.

Dans un contexte marqué par une possible sortie du nucléaire à 30 ans, nous les encourageons aussi à promouvoir ce type d’innovations, tant qu’elles sont envisagées selon des critères des strictes de durabilité et de propreté.

Sources : Enerzine.com

Kepler-22b, la nouvelle Terre ?

La NASA vient de découvrir, hors de notre système solaire,  une nouvelle planète semblable à la Terre. Baptisée Kepler-22b, elle est située à 600 années-lumière de notre planète bleue.

Les scientifiques de l’agence américaine ont confirmé ce lundi la découverte d’une exoplanète habitable, gravitant autour d’une étoile similaire à notre soleil, sa masse serait 2,4 fois supérieure à la Terre.

C’est la première fois que la sonde américaine Kepler, lancée en mars 2009 et dotée d’un puissant télescope, confirme la présence d’une planète orbitant autour d’une étoile autre que le soleil et dont les caractéristiques sont propices à la vie.

La principale caractéristique de cette exoplanète tient dans la distance qui la sépare de son étoile. Similaire à celle qui sépare la Terre du soleil, il s’agirait de l’éloignement idéal pour y trouver del’eau à l’état liquide, ce qui laisse présager la possibilité d’abriter la vie. La température à sa surface serait de 22 °C et elle effectuerait sa révolution en 290 jours contre 365 pour notre chère planète bleue.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) avait été le premier à annoncer qu’une des planètes tournant autour de l’étoile naine Gliese 581 pourrait s’avérer « habitable ». En août, des astronomes suisses avaient confirmé l’existence d’une autre exoplanète, appelée HD 85512b et située à 36 années-lumière de la Terre.


Reste aujourd’hui à savoir s’il s’agit d’une planète tellurique (composée de roches et de métaux) ou gazeuse.

Le jour même de la confirmation de l’existence de Kepler 22, des scientifiques de l’Université de Porto Rico ont diffusés sur Internet le classement, en fonction de leur habitabilité, de 47 des 700 exoplanètes découvertes depuis 1995.

Si l’envie vous prend d’aller investir une planète qui n’a pas encore était surexploitée par l’activité humaine, le classement est disponible à cette adresse. Mais attention, les deux super-Terres Gliese 581d et HD 85512b se trouvant respectivement à 20 et 36 années-lumière de chez nous, le voyage risque d’être assez long…

Sources : The Guardian, AFP, NASA

Réchauffement climatique : Seconde expédition en arctique pour la Nasa

La nouvelle expédition de la Nasa – agence spatiale américaine – vers l’Arctique pour une étude de l’impact du changement climatique sur les glaces polaires a été lancée. Nommée ICESCAPE (Impacts of Climate on Ecosystems and Chemistry of the Arctic Pacific Environment), la mission a entrainé une cinquantaine de scientifiques de toute discipline à bord du navire des Gardes-Côtes « Cutter Healy » qui a appareillé de Dutch Harbor, en Alaska, le 25 juin.

Succédant à une mission de 2010, les scientifiques espèrent « que cette seconde expédition permettra de récolter davantage de données sur les processus physiques faisant remonter les nutriments des eaux profondes à la surface de l’océan » décrit Kevin Arrigo, de l’Université Stanford à Palo Alto (Californie), principal responsable scientifique de la mission.

La mission 2010 avait permis de connaitre le rythme de développement et les réactions du phytoplancton. 2011 devra confirmer ces données et les préciser.

En plus d’être à la base de la nourriture de la plupart des poissons, le phytoplancton, formé d’organismes microscopiques, joue un rôle déterminant dans la fixation du carbone minéral (CO2) qui se trouve dans l’océan. Les scientifiques ont pu observer que les effets du réchauffement climatique se sont amplifiés, en témoignant notamment de la réduction de la superficie et de l’épaisseur de la glace recouvrant l’Océan Arctique. Ils veulent savoir à présent comment ce changement affecte l’écosystème océanique et la faune marine.

Source: 20minutes.fr

La climatisation des soldats américains en Afghanistan coûte plus cher que la Nasa !

Source: gizmodo.fr

 

D’après les révélations d’un général à la retraite Steve Anderson, responsable de la logistique en Irak sous le commandement du général Petraeus, les Etats-Unis dépensent 20 milliards de dollars par an uniquement pour climatiser les tentes et les préfabriqués en Irak et en Afghanistan – soit plus que le budget annuel de la Nasa.

Le coût de la guerre est élevé : l’importance du montant de l’approvisionnement des soldats en eau, en alimentation, en munitions et en carburant – venus du Pakistan, à 1000km des campements – est déjà connue. Le montant dépensé pour rafraichir les troupes l’est beaucoup moins ! Si l’Afghanistan est une terre très froide en hiver, elle est très chaude en été. Pour climatiser les tentes des soldats, cela coûte en carburant …et en vie humaine. En effet, d’après une étude de l’institut pour une politique environnementale de l’armée américaine (Aepi selon l’acronyme anglais), un soldat est tué tous les 24 convois de carburant lors des attaques d’insurgés.

Le ministère de la Défense est le plus gros consommateur d’essence du Pentagone. Selon l’ancien général, la solution serait de projeter la mousse de polyuréthane sur les tentes. Un devis d’un montant de 95 millions de dollars (67 millions d’euros) a été rédigé pour développer ce type d’isolation, qui permettrait d’économiser 1 milliard de dollars (700 millions d’euros).  Si la solution pourrait permettre au Ministère de réduire sa facture et de réduire l’impact de la climatisation sur l’effet de serre, la décision n’a pas encore été généralisée car elle exigerait la mobilisation de soldats pour être appliquée…

Source: journal de l’environnement, courrierinternational, goodplanet, gentside, grist.org