Hidalgo / NKM : quelle écologie pour 2014 à Paris ?

univers-nature.com

Les élections municipales auront lieu les 23 et 30 mars 2014. La campagne parisienne a commencé il y a un moment, avec son lot de rebondissements plus ou moins importants. Mais qu’en est-il des propositions des deux principales candidates en matière de politique écologique ? Anne Hidalgo, première adjointe du maire actuel, Bertrand Delanoë, et Nathalie Kosciusko-Morizet, principale rivale investie par l’UMP, ont toutes deux formulé des propositions claires. Elles se rejoignent sur deux points mais se distinguent par d’autres. Voici un état des lieux proposé aujourd’hui par univers-nature.com

Les propositions communes à Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet sont les suivantes :

–          Abolir le diesel du parc automobile municipal pour contribuer à la réduction de la fréquence des pics de pollution de l’air parisien. Rappelons que le déclenchement des « alertes à la pollution » est basé sur les moteurs diesel, responsables d’un tiers des émissions de particules fines.

–          Faire de la « Petite ceinture de Paris » une voie verte : cette voie ferrée, toute autour de l’enceinte de la ville, devrait être réhabilité en espaces verts et piétonniers. Comment ne pas défense cette idée dont la réalisation est déjà entamée ? Les premiers tronçons sont déjà ouverts…

Les propositions propres à NKM sont les suivantes : vélo / espaces verts / navettes électrique à Boulogne

–          Faire de la ceinture ferrée une « boucle cyclable » qui permettrait de faire le tour de la ville à vélo.

–          Construire 3000 places de stationnement sécurisées pour vélos par an.

–          Rouvrir et agrandir les squares fermés.

–          Verdir autant que possible les espaces de bitume.

–          Instaurer des navettes électriques dans le bois de Boulogne.

Les propositions d’Anne Hidalgo : basées sur un rapport commandé à Serge Orru, ancien directeur du WWF :

–      Création de 100 hectares de toitures et façades végétalisées, utilisées comme refuge de biodiversité. Notons que 30% de ces toitures seront consacrés à la production de fruits et légumes. On ne sait pas s’ils seront certifiés « bio » mais ils auront au moins le mérite d’être produits au plus proche de leur lieu de consommation.

–          Planter chaque année 20 000 arbres, avec un objectif de 500 000 arbres dans la capitale en 2020.

–          Expérimentation : création d’une rue entièrement végétalisée.

Voilà… Paris sera toujours étriquée au sein des portes périphériques mais peut-être sera-t-elle plus verte, plus respirable… Déplorons toutefois l’absence de propositions en matière de lutte contre la pollution sonore.