La Nasa retrace l’histoire du réchauffement climatique en vidéo

Pour ceux qui doutent encore du réchauffement climatique, la NASA vient de réaliser une vidéo de 26 secondes retraçant l’évolution de la température sur terre au cours de ces 130 dernières années. Surprenant et angoissant.

Cette animation, réalisée par le laboratoire de la Nasa Goddard Institute for Space Studies (GISS), révèle une nette augmentation de la température depuis la fin des années 1970, renforcée dans les années 2000. Les couleurs rouges représentent des températures supérieures à la moyenne de la période de référence (1951-1980), quant aux couleurs bleues, elles, représentent des températures inférieures.

Les données proviennent des relevés d’un millier de stations météo dans le monde, des observations satellitaires de la température de la surface de la mer et des mesures effectuées par la station de recherche de la NASA en Antarctique.

L’année 2011 se classe 9ème année la plus chaude au niveau planétaire. « Même avec les effets rafraîchissants d’une forte influence de la Nina et une activité solaire faible ces dernières années, 2011 a été une des dix années les plus chaudes enregistrées », indique James Hansen, directeur du GISS.

L’agence spatiale américaine confirme que la hausse des températures est largement soutenue par l’augmentation des concentrations des gaz à effets de serre dans l’atmosphère, particulièrement du dioxyde de carbone, produit par l’activité humaine. La concentration de CO2 dans l’atmosphère à aujourd’hui dépassé 390 parties par million, contre 285 en 1880.

Selon de nombreux scientifiques, le taux maximal acceptable de CO2 qui peut être envoyé dans l’atmosphère ne peut dépasser 350 parties par million…

Source : ecologie.blog.lemonde.fr

Un biocarburant à base de… graisse de poisson !

Photo: wikimedia.org

Conséquence de la hausse des prix des carburants à la pompe, le biocarburant à la cote auprès des consommateurs ! Après avoir testé les essences alternatives à base de betteraves ou de colza – aujourd’hui très mal accueillies, puisqu’elles sont dangereuses à la fois pour l’environnement et les populations – la graisse de canard ou encore l’huile de friture, un nouveau biocarburant à base de graisse de poisson fait son entrée sur le marché !

Lutte contre les émissions de gaz à effets de serre

Le groupe pétrolier national finlandais Nestlé Oil semble avoir trouvé la matière première idéale pour fabriquer un biocarburant totalement respectueux de l’environnement : le poisson panga, poisson d’élevage vivant principalement dans les eaux vietnamiennes et thaïlandaises, dont l’empreinte écologique s’avère être, selon les experts, une des meilleurs. Son introduction dans les années 2000 sur le marché européen a remporté un franc succès, notamment grâce à son prix compétitif et sa chair blanche dépourvue d’arrête (les plus pointilleux seront ravis de le déguster !). Il a notamment détrôné la part de marché de la perche du Nil, dont la réputation a été fortement mise à mal après la diffusion du documentaire polémique, Le cauchemar de Darwin en 2005.

En misant de plus en plus sur le biodiesel, Nestlé Oil annonce que l’utilisation des viscères du panga après transformation en huile, garantirait « une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 84 % par rapport aux combustibles ordinaires, ce en prenant en compte l’ensemble du cycle de vie » du poisson, de sa transformation à son utilisation ! Ce résultat spectaculaire résultant, selon les experts, du « parfait bilan écologique » qu’il présente.  Matti Lehmus, vice-président en charge des Énergies renouvelables chez Nestlé Oil est très optimiste face à ce bilan plus qu’encourageant et déclare que « cela a du sens au niveau environnemental d’utiliser les sous-produits de diverses industries pour remplacer le pétrole par des produits propres et de qualité ».

Après le développement de son biodiesel NExBTL, obtenu à partir d’huile de palme de Malaisie, qui « a l’avantage de pouvoir être raffiné à partir de divers produits », Nestlé Oil compte sur les capacités de l’huile du poisson panga pour faire chuter considérablement les émissions de gaz à effets de serre et participer activement à l’amélioration du bilan environnemental mondial.

Source : TheGreenWeb.com