Jackson, nouvelle coqueluche de l’écosystème marin

Jackson est devenu l’éléphant de mer le plus célèbre de la planète. Avec 29 000 km parcourus en une année, ce jeune mâle a battu le record de distance détenu chez les mammifères par la baleine à bosse.

Ce marathonien est suivi par les chercheurs de la Wildlife Conservation Society (WCS), une organisation non gouvernementale internationale fondée en 1885 dont l’objectif est la préservation de l’environnement. Les chercheurs de la WCS, qui ont équipé le mammifère marin d’une puce électronique en décembre 2010, ont ainsi pu mesurer les distances parcourues par ce dernier.

Il s’avère que, lorsqu’il s’agit de manger, l’éléphant de mer est prêt à parcourir de très grandes distances. En une année, Jackson s’est éloigné de 1 750 km le long de la côte chilienne jusqu’à 650 km vers le large, navigant entre les fjords de cette zone proche de l’Antarctique. Après s’être sustenté de quelques kilogrammes de poisson et calamar, l’animal est revenu sur la plage du Pacifique où la WCS l’avait déniché. Il va y retrouver ses congénères, faire sa mue et peut-être se reproduire.

La WCS suit de près les déplacements des éléphants de mer car « ils sont des indicateurs potentiels de la santé des écosystèmes marins et permettent de montrer comment le changement climatique influe sur la répartition des espèces et de leurs proies dans les eaux patagoniennes ». Caleb MacClennen, directeur des programmes marins de l’organisation, précise dans un communiqué que le périple de Jackson « va aider à définir des zones protégées dans la région et assurer que les activités piscicoles soient gérées de façon à ne pas nuire aux espèces marines telles que l’éléphant de mer du Sud ».

Les méthodes d’actions de la WCS sont aussi bien basées sur la science que sur la réalisation de programmes de préservation. La Wildlife Conservation Society publie également un magazine bimestriel, le « Wildlife Conservation ».

 

Source : Le Parisien

Singapour : plus de requin dans les supermarchés

La plus grande chaîne de supermarchés de Singapour, NTUC Fairprice, a annoncé aujourd’hui son intention de retirer de ses rayons les produits à base d’ailerons de requin dont raffolent les Asiatiques mais qui, selon les défenseurs des animaux, menacent grandement l’espèce. En effet, chaque année, des centaines d’espèces de requins sont pêchées  dans le monde afin d’approvisionner les pays asiatiques en ailerons et nageoires. Selon la WWF, en 2010, plus de 180 espèces de requins étaient menacées, contre 15 en 1996.

« Il s’agira du dernier Nouvel An chinois durant lequel les clients pourront acheter des produits à base d’ailerons de requin dans nos magasins », a déclaré Seah Kian Peng, directeur général de FairPrice, en référence au Nouvel An lunaire qui aura lieu le 23 janvier. La vente des ailerons de requins cessera officiellement dans la chaîne de supermarchés à la fin du mois de mars.

Cette décision fait suite à des centaines de plaintes reçues après la diffusion d’un message publicitaire à l’occasion du Nouvel An chinois. Cette publicité appelait les plongeurs sous-marins, grands défenseurs des requins, à « aller se faire voir ».  Une campagne a par la suite été orchestrée en vue de boycotter la chaîne.

 

Source : AFP