La Convention de sûreté nucléaire se réunit actuellement à Vienne

 

crédits photographiques: Rahm Emanuael

Du 4 au 14 avril 2011, les 72 pays cocontractants à la Convention sur la sûreté nucléaire (CNS) se réunissent à l’AIEA de Vienne. Ils se réunissent tous les trois ans pour examiner la mise en œuvre de la CNS. Il s’agit de leur cinquième réunion. La conférence va permettre d’examiner les rapports que chaque partie contractante est tenue de soumettre sur la sûreté nucléaire. Tous les pays qui exploitent des centrales nucléaires sont parties contractantes de la CNS.

Le directeur général de l’AIEA appelle à des normes rigoureuses et à une transparence totale

Lors de l’ouverture de la réunion, le Directeur général Yukiya Amano a évoqué les thèmes abordés à savoir la gestion de la sécurité, la culture de la sécurité, la coopération internationale, le réseautage de la gestion des urgences ; ainsi que des thématiques spécifiques liées à l’accident de Fukushima.

Bien que la priorité immédiate soit de surmonter la crise et de stabiliser les réacteurs, Yukiya Amano a appelé les participants à commencer le processus de réflexion et d’évaluation dans la mesure où « les préoccupations de millions de personnes dans le monde entier quant à savoir si l’énergie nucléaire est sans danger doivent être prises au sérieux ». Il a déclaré que « le respect rigoureux des normes de sécurité internationales et une transparence totale, dans les bonnes et les mauvaises circonstances, sont indispensables pour rétablir et maintenir la confiance du public dans l’énergie nucléaire ».

La Convention sur la sûreté nucléaire : un simple instrument incitatif

Cette Convention, entrée en vigueur en 1996, a été conçue pour renforcer la sûreté nucléaire. Ses objectifs sont d’atteindre et de maintenir un niveau élevé de sûreté nucléaire dans le monde entier. Il s’agit d’établir et maintenir des défenses efficaces dans les installations nucléaires contre les risques et de prévenir les accidents.

Cependant, la Convention sur la sûreté nucléaire est un instrument incitatif et n’oblige pas les parties à adhérer à certaines normes de sécurité. Elle est basée sur leur intérêt commun pour atteindre des niveaux plus élevés de sécurité.

Source : AIEA