Le supermarché communautaire

Inspiré d’un concept venu de Brooklyn à New-York, The People’s Supermarket est un supermarché d’un nouveau genre basé à Londres. Ouvert en juin 2010 aux 72 – 78 Lamb’s Conduit Street, il fonctionne sur le même principe que l’AMAP et regroupe 350 membres qui en sont à la fois les gestionnaires et les propriétaires. L’objectif de cette coopérative est de vendre des produits à des prix équivalent qu’à ceux pratiqués par les enseignes de la grande distribution tout en répondant aux mieux aux attentes des habitants du quartier (bio, éthique, locavorisme…).

En échange d’une contribution annuelle de 25 livres, les membres décident ainsi des produits qui y sont commercialisés, des fournisseurs ou encore des horaires du magasin. Une des principales originalités de cette grande surface communautaire réside dans le fait que chaque membre peut bénéficier de 10% de réduction sur tout le magasin en échange de quatre heures de bénévolat mensuel au sein de l’enseigne.

The People’s Supermarket  s’engage également dans une démarche d’insertion professionnelle en participant  à un programme gouvernemental de « community service ». A travers ce programme, l’enseigne s’engage à  former des jeunes de 18 à 25 ans à la recherche d’un emploi et ainsi favoriser leur insertion dans la vie active mais aussi leur redonner confiance en eux.

Ce nouveau modèle de distribution pourrait bien être à l’origine d’une nouvelle relation entre enseignes et consommateurs.

Sources :   oeilbylaser.com  thepeoplessupermarket.org

Le commerce de proximité passe à la vitesse supérieure avec L’Eco-Centre

La petite commune de Crolles dans l’Isère (38)  va accueillir dans quelques mois un centre commercial d’un nouveau genre inspiré du « locavorisme » et du concept américain des « 100 miles » (tous les produits proviennent  de moins de 100 miles), l’Eco-Centre. L’objectif est de réunir des acteurs locaux dans un bâtiment respectueux de l’environnement.  

Ce concept est né dans l’esprit de l’écologiste Philippe Audfray qui est parti du constat que la consommation énergétique était le défi à relever pour préserver notre environnement.

Le principal attrait de l’Eco-centre est la diversité de son offre. Le défi a été de réunir à la fois des activités artisanales, commerciales, de services et des logements.

Ce projet a pour ambition de devenir un bâtiment exemplaire en matière d’éco-construction et de mixité d’usages. Les différents acteurs de l’Eco-Centre de Crolles sont animés des mêmes convictions éthiques  et écologiques.

Le bâtiment :

Situé sur un terrain vierge largement ensoleillé, il répondra à la norme BBC. Les toitures seront végétalisées et un système de récupération d’eau de pluie permettra l’arrosage du jardin. Le bois utilisé pour la construction proviendra de la région afin de réduire l’impact carbone, de dynamiser les emplois locaux, mais aussi marquer l’identité architecturale.

Les commerces :

L’Eco-Centre regroupe des commerces et artisans partageant la même éthique et proposant un mode de consommation plus responsable.

Tous ces commerçants s’engagent à proposer un mode de consommation différent basé sur la qualité des produits, sur le contact, sur le respect de l’homme et de son environnement.

Au-delà de la dimension commerciale, l’envie commune des commerçant de l’Eco-Centre est la création de lien social en proposant un lieu d’échange et de rencontres (organisation de soirées, de débats, d’expositions).

Source : ecocentrecrolles