ETALEMENT URBAIN ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES : ETAT DES LIEUX ET PROPOSITIONS

Le Réseau Action Climat-France (RAC-F), qui est le représentant français du réseau mondial d’ONG concernées par les changements climatiques, le « CAN : Climate Action Network », a publié, le 19 août dernier, un rapport sur l’étalement urbain et les changements climatiques. Si l’artificialisation des sols et l’urbanisation sont souvent perçues comme une tendance à enrayer, cette publication aborde ce sujet sous l’angle climat-énergie, en dressant un état des lieux des impacts environnementaux, économiques et sociaux de l’étalement urbain et en faisant émerger de véritables pistes de progrès.

Impacts de l’étalement urbain

L’étalement urbain, dont le principal facteur est la prédilection pour l’habitat individuel et son corolaire, la construction de logements neufs et des infrastructures associées, est souvent dénoncé en raison de ses impacts environnementaux et sociaux.
Si le thème de la Semaine internationale de l’eau 2011 – L’eau dans le monde urbain – nous  rappelle que le phénomène d’urbanisation accentue le problème d’accès à l’eau, les conséquences de l’étalement urbain s’étendent également à la problématique des changements climatiques.

Ce développement périurbain majoritairement non maîtrisé et la spécialisation fonctionnelle et sociale de l’organisation spatiale,  induisent une faible densité démographique génératrice elle-même d’une augmentation de la mobilité locale et de la création de lourdes infrastructures de voies et de réseaux. Deux phénomènes à l’origine d’émissions de gaz à effets de serre. L’artificialisation des sols cultivables réduit significativement les espaces agricoles, dont les corollaires principaux sont la diminution des capacités de stockage du carbone dans les sols et la biomasse et la plus grande vulnérabilité de la biodiversité, de l’agriculture et plus généralement des territoires aux changements climatiques (inondations, sécheresses, tempêtes).

Préconisations du RAC-F

Les conséquences de cet étalement urbain ne sont pas soutenables.

Ce constat est partagé depuis plusieurs dizaines d’années et la lutte contre l’étalement urbain compte, depuis son inscription dans les lois Grenelle, parmi les objectifs des politiques publiques, au niveau national comme local. Cependant, la seule affirmation de cet objectif de suffira pas. Un véritable changement ne pourra s’opérer qu’au travers de la mise en place de politiques territoriales ambitieuses et efficaces et d’un cadre national cohérent.

En priorité, le RAC préconise de transférer la compétence d’élaboration des plans locaux d’urbanisme (PLU), actuellement aux mains des communes, à l’intercommunalité, qui dispose davantage du recul nécessaire et des moyens humains et financiers pour réaliser et mettre en œuvre une politique d’urbanisme capable de répondre aux enjeux du développement durable. Il s’agirait dans un premier temps d’inciter financièrement les communes à choisir le transfert de cette compétence, pour préparer d’ici quelques années à une obligation de ce transfert.

Parmi les autres solutions proposées, figurent entre autres :

  • l’intégration d’une véritable stratégie foncière dans le rapport de présentation du PLU
  • le renforcement de l’ingénierie territoriale en matière d’urbanisme et d’aménagement
  • la réforme de la fiscalité foncière et immobilière
  • l’instauration de la contribution climat-énergie qui consisterait à taxer la consommation d’énergie
  • la réforme du Prêt à taux zéro
  • le lancement d’un grand programme de rénovation des logements
  • la construction et la pérennisation des logements sociaux proches du centre
  • l’articulation des politiques d’urbanisme et de mobilité, etc.

L’aménagement durable des territoires dépendra non seulement des politiques développées à cet effet mais nécessitera aussi la révision des principes qui continuent de guider le développement urbain et une refonte de la gouvernance territoriale.

Les traditions Massaïs menacées par le changement climatique

Le peuple Massaï se définit à la fois comme une population de pasteurs et de nomades. Les tribus élèvent les troupeaux de vaches qui constituent leur principale source de richesse. En pleine période de changement climatique et de pressions démographiques, les tribus ont de plus en plus de mal à faire perdurer leurs troupeaux.

On estime le nombre de Massaïs entre 300 000 et 800 000 personnes réparties sur les savanes de Tanzanie et du Kenya. Au gré des saisons, les Massaïs font paître leur cheptel là où l’herbe et les pâturages sont abondants. Ce peuple revendique son indépendance mais aussi son attachement à ses traditions et son mode de vie. Gardiens des terres qu’ils investissent, les Massaïs se disent également gardiens d’un bien que leur dieu unique leur a confié : la vache.

L’idée donc, que certains éleveurs kényans puissent chercher à réduire le nombre de bêtes au sein de leurs troupeaux semble peu probable. Mais avec l’augmentation des sécheresses qui dévaste une importante quantité de bétail et la population humaine qui ne cesse de croître, les pâturages disponibles se font de plus en plus rares.

«  Les précipitations sont beaucoup moins abondantes qu’avant, au mois de mars dernier, il n’a plu que deux semaines. Il arrive que parfois, les précipitations durent deux ou trois semaines, mais la sécheresse revient avant que l’herbe n’ait le temps de repousser ce qui cause la perte de nombreuses bêtes au sein du troupeau. Si j’avais plus d’argent, j’aimerais pouvoir envoyer mon fils à l’école pour qu’il n’ait pas à devenir éleveur comme moi » indique Kenyatta Mpesi, un Massaï de 44 ans.

Le changement devient alors inévitable et les tribus d’éleveurs  sont désormais obligés de s’adapter à ce monde en mutation.

Dans la région de la Vallée du Rift, au Kenya, un programme innovant a été mis en place par un groupe Massaï  afin d’aider les éleveurs à maintenir leur mode de vie traditionnel. L’idée est de rassembler un seul et même troupeau de grande qualité – bien adapté aux conditions difficiles – et de la faire paître de la même manière que le font les animaux sauvages de la région.

Les animaux se tiennent alors regroupés contre les prédateurs. Ils ont un gros impact sur une petite zone, semant des graines et fertilisant la terre quand ils passent. Quand la pluie arrive, le sol est bien préparé pour que croissent de nouveaux pâturages même lors de sécheresses.

Une vidéo de ce programme est disponible à cette adresse.

Sources : the guardian , cntv

Facebook s’engage dans les énergies renouvelables

En janvier 2010, Greenpeace lançait la campagne mondiale « unfriend coal » qui demandait à Facebook et ses dirigeants d’alimenter ses data centers grâce aux énergies propres plutôt qu’au charbon. Kumi Naidoo, le directeur général de Greenpeace international avait lui-même interpellé Mark Zuckerberg dans une lettre, argant la nécessité pour l’entreprise, qui connecte des millions de personnes, d’avoir un comportement responsable.

Il aura fallu presque deux années mais il semblerait que la mobilisation autour de la campagne « unfriend coal » ait réussi à décider le réseau social à s’engager vers une politique énergétique respectueuse de l’environnement.

En effet, Facebook a annoncé la semaine dernière qu’il s’engagerait à promouvoir les énergies renouvelables, à encourager leur production et à élaborer des programmes permettant aux utilisateurs du réseau social d’économiser de l’énergie en les mobilisant autour d’une page spéciale dédiée au « Green ».

Le réseau social s’engage également à innover en matière énergétique, grâce à l’Open Compute Project. Ce projet vise à chercher de nouvelles solutions afin d’optimiser l’énergie utilisée sur les serveurs tout en assurant un service constant et de qualité à ses utilisateurs. L’Open Compute Project se propose de partager ce savoir-faire avec les autres acteurs du secteur informatique. Facebook annonce d’ores et déjà des chiffres encourageants, la solution est annoncée comme 38% plus efficace et 24 % moins chère qu’un serveur classique.

« Facebook positionne la barre très haut pour les autres entreprises du secteur technologique et du « cloud computing », telle que Apple, IBM, Microsoft ou encore Twitter » a indiqué un porte parole de l’ONG.

Greenpeace souhaite par ailleurs s’impliquer dans ce projet aux côtés de Facebook afin d’accompagner sa mise en œuvre et évaluer les résultats.

Source : Greenpeace


Cameroun : du biocarburant à partir du lisier

Les éleveurs ruraux au Cameroun sont en passe de devenir un exemple à suivre en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. En effet, afin de pallier la pénurie d’électricité sévissant dans le pays, un programme gouvernemental a été mis en place afin d’aider les fermiers à transformer le fumier de leurs animaux en biocarburants. Cette initiative permet non seulement d’apporter aux professionnels une source de revenus supplémentaires, mais aussi d’apprendre à mieux appréhender les problématiques liées à l’environnement et au changement climatique.

« Nous ne nous rendions pas compte de la destruction causée à l’environnement par le fumier en décomposition. Maintenant, nous avons appris qu’il rejette des tonnes de méthane, qui est un gaz très dangereux », déclare Juliana Mengue, une fermière veuve de 46 ans vivant au Nord-ouest du Cameroun.

Il est aujourd’hui prouvé scientifiquement que le méthane provenant du fumier a un impact non négligeable sur le changement climatique. Les efforts pour infléchir son émission à travers le monde se concentrent principalement sur la transformation de ce gaz en biocarburant et sur le changement du régime alimentaire des animaux élevés afin qu’ils en produisent moins.

Jean Kuete, le ministre camerounais de l’agriculture, a déclaré que les efforts sur le biocarburant constituent une des composantes d’un ensemble d’initiatives gouvernementales concentrées sur l’amélioration des conditions de vie des fermiers et leurs communautés.

« La technologie de production d’énergie à base de biocarburant est assez peu coûteuse  et permet ainsi aux éleveurs de l’utiliser sans une assistance financière importante ».

Selon de nombreux éleveurs, ces nouvelles technologies ont apporté des changements significatifs à leurs conditions de vie ainsi qu’à celles de leurs communautés. Afin d’installer un digesteur de fumier dans sa ferme, l’éleveur doit s’acquitter de la somme de 15 000 francs CFA, soit un quart de son prix, le reste étant pris en charge par le ministère de l’Agriculture et le groupe Heifer International qui s’est associé au projet.

Pour produire leur biocarburant, les fermiers collectent le lisier de leur bétail qui sera ensuite mélangé avec de l’eau. Cette mixture est laissée en décomposition  et le méthane s’y échappant est alors stocké dans le digesteur qui a une capacité de 18 mètres cube. A la fin du processus de décomposition, le fumier est enlevé, séché, puis transporté dans les champs locaux pour être utilisé comme fertilisant.

Micheal Mbu, un autre pionnier de la biogestion qui élève des porcs, des chèvres et des vaches, affirme que la simplicité du procédé est à la portée de n’importe quel fermier et peut lui assurer une véritable source de revenus complémentaires.

« J’ai connecté le méthane à dix cuiseuses avec deux pompes qui assurent une fourniture constante en essence. Avec ça, j’ai de l’énergie pour faire de la farine à pain et à pâtisserie. J’ai monté ma petite affaire qui emploi aujourd’hui cinq personnes ».

Eugène Ejolle Ehabe, membre du gouvernement en charge de la recherche et du développement pour l’agriculture, a déclaré dans un entretien que la production de biocarburant à partir de fumier et autres déchets pourrait, en étant appliquée à l’échelle nationale, endiguer les énormes pertes en bois et ainsi améliorer significativement le développement.

Il a noté que seulement un cinquième des ménages ruraux avait accès à l’électricité et seulement 40% des ménages urbains. Chaque année au Cameroun, des milliers d’arbres sont coupés, le bois restant la principale source d’énergie dans les milieux ruraux.

« La production de biocarburant pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre, la déforestation et ainsi aider à préserver les forêts et la fertilité des sols » a-t-il déclaré.

Sources :  trust.org   bonaberi

Changement climatique : hausse de la mortalité ?

Campagne de WWF

Si l’on fait souvent état des conséquences négatives du changement climatique pour l’environnement (fonte des glaces, migrations des espèces animales et végétales, etc.), on parle moins de son impact sur la santé des hommes qui est pourtant réel et croissant.

En effet, le projet européen Climate Trap, qui étudie l’impact du changement climatique sur la santé publique, a révélé que la part des décès liés à la hausse des niveaux d’ozone devrait augmenter dans plusieurs pays européens dans les six prochaines décennies. La France, la Belgique, l’Espagne et le Portugal seraient les plus touchés avec une augmentation du taux de mortalité lié à l’ozone, qui pourrait se situer entre 10 et 14%. A l’inverse, les pays nordiques et baltiques devraient voir leur taux de mortalité liée au climat diminuer.

Ce résultat est à mettre en parallèle avec la hausse des températures qui favorise la formation d’ozone troposphérique (l’ozone des basses couches de l’atmosphère), qui est la résultante de la transformation physico-chimique des polluants primaires dans l’atmosphère.

Le docteur Hans Orru, expert de la pollution de l’air de l’université d’Umea (Estonie), a indiqué que l’ozone est « un polluant très oxydant. Il provoque des problèmes respiratoires qui peuvent conduire à des hospitalisations et des décès ».

A côté de ces prévisions, une étude à contre-courant, réalisée par l’Institut Heartland, le Centre d’étude du dioxyde de carbone et du changement climatique et le Science and Environmental Policy Project (SEPP), avance au contraire que le réchauffement climatique améliorerait la santé :

« L’humanité se portera mieux en 2100 qu’actuellement parce qu’elle sera capable de s’adapter à tous les défis que le changement climatique pourrait engendrer […] La hausse des températures conduit à une baisse de la mortalité hivernale sans forcément mener à une hausse de la mortalité estivale. »

Des résultats étonnants qui devraient néanmoins alimenter le débat autour du changement climatique.

Le Royaume-Uni bientôt leader en matière de réduction des émissions de CO2

crédits : fotosearsh.fr

Le premier ministre britannique David Cameron est en passe de tenir l’une de ses promesses de campagne : conduire un gouvernement plus écologique que jamais. En effet, des médias anglo-saxons tel The Guardian, nous indiquent que celui-ci devrait accepter aujourd’hui de mettre en œuvre le programme de réduction des émissions de CO2 le plus ambitieux au monde, d’ici à 2025. Il passerait ainsi outre les craintes exprimées par certains des membres de la coalition au pouvoir, qui souhaitaient voir développer un programme de réduction moins ambitieux, sur l’impact de telles mesures sur la croissance économique.

Ce programme de réduction des émissions de gaz carbonique vise à réduire leur niveau de 50% par rapport à celui relevé en 1990, à l’horizon 2025. Cette initiative a été saluée par le dirigeant de la WWF Royaume-Uni, Keith Allot. Ce dernier a en effet déclaré que le Royaume-Uni se posait avec cette décision en leader sur le dossier du changement climatique. M. Allot a également rappelé qu’aucun autre pays n’a mis en place des objectifs juridiquement contraignants en vue d’une réduction des émissions de CO2 pour les années 2020.

Le Royaume-Uni n’est pas novice en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Il avait en effet été le premier pays au monde à se doter d’une loi poursuivant cet objectif : le « Climate Change Act 2008 », en affichant alors l’objectif de réduire de 80% ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, par rapport à 1990. Un portefeuille ministériel dédié à l’énergie et au changement climatique avait été créé à cette occasion, confié aujourd’hui à Chris Huhne.

La baisse des précipitations dans les régions tropicales retarde la migration des oiseaux vers le nord

 

crédits photographiques: Cephas

Une étude de cinq ans du centre de conservation et de recherche de la Smithsonian Institution sur les oiseaux migrateurs de la Jamaïque à l’Amérique du Nord a démontré que la diminution des précipitations entraîne la rareté des insectes, l’aliment de base de nombreux oiseaux pendant l’hiver. En effet, les précipitations déterminent en grande partie le nombre d’insectes disponibles et le réchauffement climatique, à l’origine de la baisse des précipitations, a pour conséquence de retarder la migration de certains oiseaux.

La baisse des précipitations est liée au changement climatique

La corrélation entre la quantité d’insectes sur le territoire d’un oiseau et le moment de son départ a suggéré à l’équipe que la variation annuelle de la disponibilité alimentaire a été un facteur déterminant dans le calendrier de migration du printemps. Bien que ce soit cette migration soit régie par des mécanismes internes, les parulines flamboyantes étudiées quittent tous leur territoire d’hiver à la même période chaque année.

Les résultats appuient l’idée selon laquelle les conditions environnementales sur les zones de non-reproduction tropicales peuvent influer sur l’heure de départ pour la migration de printemps.

Une migration plus tardive diminue la durée de la période de reproduction

Au cours des 16 dernières années, la saison sèche en Jamaïque est devenue à la fois de plus en plus longue et imprévisible, entraînant une baisse de 11 % des précipitations totales pendant la sécheresse de trois mois chaque année.

La question essentielle pour les scientifiques est de savoir si cette variation dans le déclenchement de la migration printanière aura des conséquences pour les oiseaux. Retarder ce départ pourrait être bénéfique si les ressources alimentaires sont faibles et que l’individu n’a pas encore stocké assez d’énergie pour migrer. Toutefois, retarder le départ pourrait affecter l’heure d’arrivée sur le territoire de reproduction et ainsi diminuer la durée de la période de reproduction.

Le changement climatique aura aussi un impact sur les prix de l’alimentation dans le monde selon la FAO

http://www.fao.org/index_fr.htm

Les prix mondiaux de l’alimentation ont atteint leur niveau record en février

Les prix mondiaux de l’alimentation ont atteint leur niveau record en février et devraient continuer d’augmenter au cours des dix prochaines années. Le fait que les gouvernements tentent de réduire leurs réserves pour réduire l’impact de la diminution des approvisionnements exacerberait ce phénomène car si un nouveau choc se produisait, ce serait dans un contexte de réserves réduites.

La FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, prône une action internationale coordonnée d’urgence. En 2010, 16% des populations des pays en développement étaient sous alimentées.

 

Le changement climatique pourrait amplifier le phénomène de volatilité des prix de l’alimentation

Selon un nouveau rapport de la FAO, le changement climatique pourrait faire augmenter les prix de l’alimentation et même aller jusqu’à remettre en cause la sécurité alimentaire sur le long terme.

Sécheresses, inondations, augmentation de la demande en biocarburants, utilisation grandissante de céréales pour produire de l’énergie, réduction des importations pour protéger des marchés nationaux… pourraient contribuer à augmenter la volatilité des prix sur le marché international.

La FAO a souligné l’importance de la parité pour la sécurité alimentaire de l’agriculture du futur

La production agricole pourrait être augmentée si les femmes bénéficiaient du même accès que les hommes aux terres, à l’instruction, aux marchés, aux technologies et aux services financiers. Ainsi, la parité devrait contribuer à lutter contre la faim et l’extrême pauvreté.

Selon la FAO, si les agricultrices bénéficiaient du même accès que les agriculteurs aux ressources agricoles, la production des exploitations gérées par les femmes dans les pays en développement pourrait augmenter de 20% à 30% et permettre de réduire de 12 à 17% le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde.

Les femmes représentent un potentiel de 43% de la main d’œuvre agricole des pays en développement mais ne bénéficie pas des mêmes droits que les hommes notamment sur les terres et dépendent encore souvent de la puissance paternelle ou maritale

Sénégal : les bienfaits du riz aromatique

Photo: wikimedia.org

Les riz aromatiques ou riz parfumés de la vallée du fleuve Sénégal et le riz Nerica des plateaux du Sud apparaissent comme une solution pérenne pour assurer la politique d’autosuffisance en riz du Sénégal.

 Ces variétés sont de très bonne qualité et de surcroit très prisées par les Sénégalais. Outre leurs qualités gustatives, les riz parfumés s’adaptent bien aux changements climatiques et donnent de meilleurs rendements.  

Le riz Nerica, une réponse au changement climatique

Les agriculteurs confrontés aux baisses de la pluviométrie peuvent ainsi se prémunir de mauvaises récoltes grâce à ces variétés à cycles courts et  particulièrement adaptées aux conditions sèches.  « Le Nérica peut être une réponse au changement climatique » souligne Jean Michel Voisard, chef de projet économique à l’USAID ( United States Agency for international development).

Une politique d’intensification pour une meilleure autonomie

 L’agence USAID souhaite promouvoir les riz aromatiques et riz  Nerica dans toutes les zones de production rizicole du Sénégal. Pour cela, elle s’attache en étroite collaboration avec le Ministère de l’agriculture Sénégalais à permettre une disponibilité de semences avec certification. Elle a également mis  en place des mécanismes de financement novateurs pour offrir aux agriculteurs les moyens d’avoir des semences en qualité et quantité suffisantes.  Cette politique d’intensification entend contribuer à la réduction des importations et améliorer la sécurité alimentaire.

Une vulgarisation des riz parfumés

Le savoir-faire et la technologie nécessaires à une vulgarisation des variétés de riz parfumés ont porté leurs fruits.  Ces variétés sont aujourd’hui produites dans toute la vallée, de Saint-Louis à Matam et dans la zone Sud-est ( les régions de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Tambacounda et Kédougou). De plus, le riz Nerica est une culture de plateau, il peut donc être expérimenté dans plusieurs zones comme le bassin arachidier. Mohammed Cissé, président du Réseau des producteurs de semences Nérica, confirme : «  aujourd’hui, nous disposons d’un important stock de semences de Nérica pour faire une bonne vulgarisation au Sénégal. »

Source: lesoleil.sn

Paris : développer la ville sans trop abîmer la planète

Comment développer nos villes sans abîmer la nature alentour ni réchauffer davantage notre climat ? Une étude française passe au banc d’essai des mesures d’urbanisme qui permettraient de « verdir » Paris sans nuire à la qualité de vie ni faire exploser les prix de l’immobilier.

Lutter contre l’étalement urbain pour protéger la biodiversité et l’activité agricole, réduire la place de la voiture, mieux protéger les citadins face aux impacts du changement climatique, parfois difficiles à mettre en œuvre, de telles mesures gagneraient particulièrement à être appliquées simultanément.

« Au niveau international, les négociations climat sont bloquées. A l’échelle nationale, le sujet a aussi du mal à avancer. Aujourd’hui, c’est vraiment au niveau des politiques locales qu’il revint de progresser » sur les questions environnementales, estime l’économiste Stéphane Hallegatte.

Ce spécialiste du climat au Centre International de Recherche dur l’Environnement et le Développement (Cired) et à Météo-France, a modélisé, avec son collaborateur Vincent Viguié, un urbanisme plus « vert » de l’agglomération parisienne dans une étude récemment parue dans Nature Climate Change.

« En l’absence d’action spécifique, l’étalement urbain va se prolonger et on aura en 2030 encore plus de zones à basse densité de population qui dépendent de l’automobile », une perspective néfaste pour la biodiversité, l’agriculture comme le climat, explique Monsieur Hallegatte.

« L’une des solutions, selon lui, est d’interdire toute nouvelle construction au-delà des limites de l’agglomération, mais on se heurte à l’argument suivant : vous allez interdire les constructions alors qu’il n’y en a déjà pas assez et vous allez faire monter les prix de l’immobilier. »

Autant d’inconvénients qui compliquent la mise en œuvre concrète des mesures environnementales.

Pour lever ce verrou, les chercheurs ont développé un modèle permettant de « quantifier » les avantages et inconvénients de trois mesures selon qu’elles sont mises en œuvre individuellement ou simultanément.

La première est d’interdire les constructions au-delà des limites actuelles de l’agglomération pour établir une « ceinture verte ». La deuxième de développer les transports en commun avec notamment un tarif unique de 14 euros par mois. La dernière d’interdire de nouvelles constructions en zone inondable, des inondations plus fréquentes étant attendues avec le réchauffement.

Ces mesures ont été évaluées au regard de quatre objectifs : l’accès au logement, la réduction des gaz à effet de serre, la réduction des risques naturels et la lutte contre l’étalement urbain.

Ils ont simulé pour cela la taille moyenne du logement des ménages parisiens en 2030, ou encore le nombre de kilomètres que les Parisiens parcourront alors en voiture ou l’évolution de la population dans les zones inondables.

Le plus efficace, constatent-ils, est l’application simultanée des trois politiques, « chacune des politiques compense les problèmes crées par les deux autres », relève Vincent Viguié. Par exemple, l’effort sur les transports en commun facilite l’installation en banlieue et compense l’augmentation du coût des logements due à la « ceinture verte » et à l’interdiction de construire en zone inondable.

Un travail encore très théorique mais qui peut permettre, espère Stéphane Hallegatte, d’aller « au-delà de la présentation souvent très négative des politiques environnementale en général. »

L’objectif est de montrer que faire de l’environnement n’est pas forcément contradictoire avec l’accès au logement ou la qualité de vie.

Source : AFP

Stations de ski et développement durable ne font pas bon ménage

Chaque année, des millions de skieurs envahissent les quelques milliers de stations aux quatre coins de l’Europe. A elles seules, les Alpes abritent plus de 600 stations qui disposent de plus de 10 000 rampes de télésièges et qui consomment une quantité phénoménale d’eau et d’énergie pour faire de la neige artificielle. Quel est l’impact de cette industrie florissante sur les fragiles écosystèmes montagneux ? 

Les régions montagneuses sont particulièrement sensibles au changement climatique. Dans les Alpes par exempe, le réchauffement récent y a été près de trois fois supérieur à la moyenne planétaire. Actuellement, on considère que 90% des domaines skiables alpins de moyenne ou grande taille bénéficient d’un enneigement naturel suffisant au moins cent jours par an. Les 10% restants opèrent déjà dans des conditions précaires. Une hausse de la température de 1°C ou 2°C pourrait ramener le nombre de domaines skiables jouissant d’un enneigement fiable à 500 ou 400. La perspective d’une fréquence plus forte d’hivers sans neige est maintenant avancée comme une conséquence du réchauffement climatique pour les stations, et ce dans divers pays.

Le marché des sports d’hiver est totalement tributaire des conditions météorologiques et face à l’augmentation des jours de fermeture, les stations se doivent d’innover afin de continuer à attirer les touristes. Ces principales innovations sont d’ordre technologique et la stratégie la plus répandue consiste à la création de nouvelles pistes grâce à l’enneigement artificiel. Ces pratiques, considérées comme nécessaires par de nombreuses stations, ont un coût environnemental et économique considérable.

Le coût de l’enneigement artificiel représente un minimum de 140 000 euros par hectare. L’énergie constitue la plus grosse dépense mais l’impact le plus important d’un point de vue écologique est celui de l’eau. Selon la Commission Internationale pour la Protection des Alpes, 95 milliards de litres d’eau sont nécessaires pour couvrir de neige artificielle les 23 800 hectares de pistes de ski alpines.  En prélevant l’eau dans les rivières, les lacs et les bassins de retenue, cette technique affecte la vie aquatique et la distribution d’eau. La demande est si importante que certaines stations sont obligées de construire des lacs artificiels.

En ce qui concerne l’impact écologique des skieurs eux-mêmes, l’empreinte carbone la plus importante proviendrait des voyages. Une étude réalisée en 2007 par l’association Mountain Riders et l’ADEME montre que 73% des émissions de CO2 engendrées par les séjours au ski proviennent des voyages en avion. Afin d’accompagner les passionnés  des sports de glisse à réduire leur empreinte carbone, plusieurs initiatives ont été créées comme par exemple le site Snow Carbon ou encore Responsible Skiing.

Sources : duralpes.com   Courrier International.com

 

Le cerveau des poissons perturbé par le gaz carbonique dans les océans

Selon une étude australienne publiée la semaine dernière, la hausse des émissions de dioxyde de carbone causées par l’homme peut affecter le cerveau et les centres nerveux des poissons de mer. Cette publication, réalisée par le Centre d’Excellente pour l’Etude des Coraux et le Conseil australien de la recherche, démontre que les concentration de CO2 dans les océans prévues pour la fin de ce siècle vont interférer avec les capacités des poissons à entendre, sentir et échapper à leurs prédateurs.

Les chercheurs ont testé pendant plusieurs années les aptitudes des jeunes poissons évoluant dans des eaux de mer contenant de hauts niveaux de gaz carbonique dissous. « Il est désormais certain que ces populations enregistrent une perturbation notable de leur système nerveux central, ce qui amoindrit leurs chances de survie. Nous avons découvert qu’un taux élevé de gaz carbonique dans l’eau peut interférer directement avec les fonctions de neurotransmission des poissons, ce qui représente une menace directe et jusqu’alors inconnue pour la vie marine », a déclaré Philip Munday, un des scientifiques de l’équipe.

Une forte concentration de gaz carbonique dans l’eau de mer perturbe un récepteur clé du cerveau des poissons ce qui entraine des changements dans leur comportement et leurs capacités sensorielles. Lors des expériences, les chercheurs ont constaté que les bébés poissons souffraient plus de ces perturbations que leurs prédateurs.

« Nos travaux montrent que l’odorat des bébés poissons était affecté par une hausse du gaz carbonique dans l’eau, ils avaient plus de mal à trouver les récifs de coraux ou à détecter l’odeur d’un poisson prédateur, les poissons perdaient également leur instinct pour tourner à droite ou à gauche, un facteur crucial lorsqu’ils évoluent en groupe ».

Philip Munday a souligné que quelques 2,3 milliards de tonnes de CO2 d’origine humaine se dissolvent dans les océans de la planète chaque année, provoquant un changement dans la composition chimique de l’environnement marin.

Source : AFP

L’Impériale fait son come back green à Londres

Six ans après l’arrêt de sa circulation, le mythique autobus à étage fait un retour en fanfare dans les rues de la capitale anglaise. Londres a obtenu il y a une dizaine de jours la première livraison d’une nouvelle flotte d’autobus hybrides, censé être le plus écologique de sa catégorie.

Cette nouvelle version du « Routemaster » préserve l’essentiel : le fameux rouge pompier et son petit escalier en colimaçon. Mais surtout,  le retour de la plateforme arrière permettant aux usagers de monter ou de descendre entre les arrêts.

La principale innovation de cette nouvelle génération réside sous la carrosserie. Ces bus rouges, construits en Irlande du Nord par Wrightbus, sont équipés de moteurs Diesel hybrides d’une performance à toute épreuve. Un récupérateur d’énergie de freinage alimente une batterie au lithium-phosphate et un moteur électrique. Le système réduit à 28 litres aux 100 kilomètres sa consommation de carburant, soit 40% de moins que les bus diesel non hybrides. Les émissions de CO2 passent à 750g/km, contre 1 200g/km pour les bus diesel.

Les premiers exemplaires de cette nouvelle version rouleront dès février prochain sur la ligne 38 au départ de Victoria Station. Selon Tranport for London, la flotte devrait atteindre 300 bus au début 2012 sur les 7 500 unités du réseau.

Seule ombre au programme pour les usagers, l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs 2012. Autant dire qu’être utilisateur des transports publics londoniens est en phase de devenir un luxe. Avec un tarif 3,5 fois supérieur  à celui de la RATP, le «pass » annuel multizones londonien  le plus cher coûte la modique somme de 3 900 euros contre 1 129 euros pour un Navigo 5 zones. Donc certes, les bus de la capitale anglaise sont beaucoup plus « Rock and Roll », mais à ce prix, mieux vaut s’offrir une promenade en bateaux mouches.

Sources : slate, naturavox

4ème édition du forum international de Dakar sur la responsabilité sociétale des entreprises

« Gouvernance RSE : l’enjeu Carbone dans les stratégies énergétiques des entreprises en Afrique de l’Ouest », tel est la ligne directive du « Forum International de Dakar sur la responsabilité sociétale des entreprises » qui se tiendra du 29 au 31 mai 2012.

Créée en 2008 et soutenue par des entreprises socialement engagées et des partenaires publics, RSE Sénégal est une initiative qui vise à promouvoir la RSE au Sénégal et en Afrique de l’Ouest à travers des activités de plaidoyer (Forum), et l’accompagnement des entreprises dans la mise en place de leurs démarches. L’initiative RSE Sénégal a ainsi contribué à la mise en place du programme RSE Guinée lancé en octobre 2011.

Cette 4ème édition sera marquée par la présence de hauts représentants du Canada en tant que pays ami du Sénégal reconnu pour leur engagement dans la promotion de la RSE et des énergies renouvelables.

Dans un contexte ouest africain marqué par des déficits dans la fourniture d’électricité qui pénalisent autant la productivité des entreprises que la vie communautaire, « économiser l’énergie, mettre en œuvre des solutions énergétiques alternatives et mieux gérer l’impact sur l’environnement et les changements climatiques », constituent dès lors des défis majeurs dans les politiques et stratégies de RSE des entreprises. Sous ce registre, une place importante devrait être accordée à l’enjeu « Carbone ».

Les trois précédentes éditions avaient permis de réunir des décideurs du Sénégal, de l’Afrique de l’Ouest, du Canada et d’Europe concernés par les questions en lien avec la RSE – millieux des affaires, autorités nationales et institutions internationales, société civile, syndicats de travailleurs ou encore milieux académiques – offrant ainsi aux participants une opportunité d’échanger sur la RSE et de nouer des contacts d’affaires.

Source : forumsenegal

 

Quelles sont les nations réellement responsables du changement climatique ?

Le Guardian vient de publier un tout nouvel outil interactif agrégeant de nombreuses données climatiques et permettant ainsi de consulter des cartes des pays qui contribuent le plus aux changements climatiques de la planète.

Les chiffres utilisés sont ceux de l’Agence d’information sur l’énergie (EIA), organisme américain indépendant qui publie chaque année des statistiques sur les émissions de gaz à effet de serre.

L’originalité de l’initiative du Guardian repose dans la compilation de ces données et leur présentation selon différents points de vue. Il est alors possible de consulter les émissions de CO2 par pays (actuelles et historiques)  mais également par habitant ou encore en production de gaz à effet de serre et en consommation de biens et services.

Emissions de CO2 actuelles :

 

Emissions de CO2 actuelles par personne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A noter que d’autres types d’émissions, comme par exemple, la déforestation (pourtant responsable d’un quart des émissions mondiales), ne sont pas prises en compte. Mais, même si ces données ne renseignent pas sur la pollution globale engendrée par un pays, elles sont par contre représentatives quant à la responsabilité des différentes populations par rapport au changement climatique. Il est ainsi possible de se rendre compte que Doha (Qatar)  est le plus gros pollueur au monde avec 53,4 tonnes de CO2 par personne, soit trois fois plus qu’un Américain (17,5 tonnes) et 10 fois plus qu’un Chinois (5,2 tonnes).

De plus, si on tient compte du fait que le CO2 rejeté dans l’atmosphère peut y demeurer des siècles, il est intéressant d’examiner non seulement les émissions actuelles mais aussi les émissions passées. Ainsi, entre 1850 et 2007, les Etats-Unis et les pays de l’Union européenne se retrouvent en tête, avec plus de la moitié du total des rejets. Cette responsabilité historique est d’ailleurs une source de tensions omniprésente au sein des négociations climatiques. En effet, les pays émergents estiment qu’ils doivent faire moins d’efforts que les pays développés du fait de la responsabilité de ces derniers dans le changement climatique.

Sources : Le Monde  The Guardian

Durban, un accord a minima a été trouvé pour un nouveau pacte mondial en 2015

Cop 17 s’est finalement achevée, à l’issu de deux nuits blanches consécutives de discussions, par un accord prévoyant d’établir d’ici à 2015 un pacte global de réduction des émissions de gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement climatique.

Cet accord apporte une suite au protocole de Kyoto – qui impose aux pays industrialisés, à l’exception des Etats-Unis qui ne l’ont pas ratifié, de réduire leurs émissions de six substances responsables du réchauffement, dont le CO2 – après 2012 et permet ainsi d’éviter un nouvel échec. L’heure était donc au soulagement pour les représentants des différents Etats.

Ce consensus devra avoir une force légale mais ne sera pas « juridiquement contraignant », contrairement à ce que les Européens demandaient. Pour l’heure, le texte adopté à Durban se contente d’acter la création d’un groupe de travail qui aura pour objectif d’identifier « les solutions pour éliminer le fossé qui existe entre les promesses d’engagements de réduction d’émissions faites d’ici 2020 et les efforts qu’il faudrait réaliser pour maintenir la hausse moyenne des températures en dessous de 2°C ».

L’Union Européenne a tout de même salué ce dimanche la « percée historique » réalisée à COP 17. « La stratégie européenne a fonctionné », s’est d’ailleurs félicité Connie Hedegaard, la commissaire européenne en charge du climat.

L’ONG Oxfam a vivement critiqué l’issue de cette réunion, jugeant que les négociateurs avaient « évité de peu un effondrement » du processus en se mettant d’accord sur « le strict minimum possible ».

Susann Scherbath, des Amis de la Terre Europe, dénonce quant à elle,  l’absence de nouveaux engagements concrets : « une nouvelle fois, les négociations climatiques ont échoué à faire de réels progrès pour lutter contre le changement climatique. Durban est un jeu d’illusion sans objectifs réels ».

 

 

Sources : Le Monde  La Tribune

OCCUPY s’invite à Durban

« Une justice climatique, pas de marchés carbone », tel est le slogan du mouvement « Occupy Cop17 » qui s’est  invité à la 17ème conférence de la convention cadre sur le climat des Nations unies. Une première assemblée générale s’est tenue hier devant le centre de conférence officiel de Durban.

Pour les organisateurs de ce mouvement, qui entend dénoncer la direction prise par les négociations climatiques, « En terme de justice climatique et ce, dans toutes les assemblées tenues dans le monde entier, les besoins des 99% de personnes qui n’y participent pas ne sont pas entendus. Les entreprises privées occupent nos places et des gouvernements corrompus par l’influence des entreprises prétendent nous représenter. Les structures qui ont permis que famines, inondations, ouragans et massacres s’accroissent sans relâche. Sont appelés à participer, tous ceux qui veulent que l’actuel mode de vie des 1% de la population mondiale ne crée plus d’injustice sur le futur des 99%. »

Ce rassemblement se fera sous haute surveillance afin d’éviter tout débordement. Le Ministre Sud-Africain de la Police, Nathi Mthethwa, a indiqué vendredi dernier que 2 500 policiers seraient déployés pour protéger la conférence onusienne, soulignant que « la police ne tolérera aucun acte criminelle déguisés en manifestations ».

Ce campement s’inscrit dans la logique des mouvements d’Indignés anticapitalistes nés en Espagne en mai dernier. Très actifs sur les réseaux sociaux, ces mouvements s’inspirent du printemps arabe, en particulier des révolutions tunisienne et égyptienne. Au Etats-Unis, les indignés militent sous l’intitulé «Occupy Wall Street » qui a débuté le 17 septembre dernier à la suite des appels de la fondation Adbusters et du collectif Anonymous à protester contre Wall Street.

Sources : occupycop17, libération, mediapart

Quelles évolutions depuis 20 ans ?

 

Cela fait déjà presque 20 ans que la ville de Rio au Brésil a accueilli la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement durable. A l’approche du Sommet de Rio + 20, qui se tiendra du 4 au 6 juin prochain, il est temps de dresser un premier bilan.

Le programme des Nations unies pour l’environnement  vient de publier un rapport intitulé « Suivre les traces de notre environnement en mutation : de Rio à Rio + 20  » retraçant les changements environnementaux planétaires qui ont eu lieu au cours des vingt dernières années.  Celui-ci a été publié dans le cadre de l’écriture du « Global Environnement Outlook -5 » (GEO -5) du PNUE. Au sein de l’ONU, GEO -5 est l’analyse la plus fiable au sujet  des tendances et des perspectives de l’environnement au niveau mondial. La publication complète de GEO -5 sera dévoilée en mai prochain, soit un mois avant la Conférence de Rio + 20.

Au sujet du changement climatique :

Les émissions mondiales de CO2 continuent d’augmenter en raison de l’utilisation croissante de combustibles fossiles. Cependant, le PNUD constate que la quantité de CO2 émise pour produire 1 dollar (USD) du PIB national a baissé de 23% depuis 1992. Cela démontre le fait que la croissance économique n’est pas nécessairement liée à une augmentation de la consommation des ressources naturelles.

Depuis 1992, on constate un rétrécissement et un amincissement des glaciers du monde entier, ce qui influe sur l’augmentation du niveau des mers. Cette augmentation – environ 2,5 mm par an – menace le bien-être d’environ un sixième de la population mondiale.

Au sujet de la déforestation :

Même si une nette tendance à la reforestation a été constatée en Europe, en Amérique du Nord et dans certaines régions d’Asie, la superficie forestière mondiale continue de diminuer et 300 millions d’hectares ont été abattus depuis 1990.

Au sujet de l’efficacité de la gestion des ressources naturelles :

Entre 1992 et 2005, l’utilisation globale des ressources naturelles a augmenté de plus de 40%. Le PNUD alerte sur le fait que si une action n’est pas rapidement prise pour enrayer la surconsommation des ressources et pour séparer la croissance économique du gaspillage, les activités humaines finiront par détruire l’environnement.

Au sujet de l’eau potable :

Il est prévu que le monde atteigne, voire dépasse, les objectifs du Millénaire au sujet de  l’accès à l’eau potable ; ce qui indique que d’ici 2015, près de 90% de la population des pays en voie de développement auront accès à des sources d’eau potable (contre 77% en 1990).

Ce rapport alerte également sur le fait que la biodiversité a chuté de 12% au niveau mondial et de 30% dans les tropiques. Il existe une préoccupation croissante concernant l’acidification des océans –  le pH de l’océan est passé de 8,11 en 1992 à 8,06 en 2007 –  Cela pourrait avoir des conséquences importantes sur certains organismes marins et diminuer les revenus provenant des activités touristiques.

Cependant, le PNUD constate que de nombreuses questions environnementales qui émergeaient seulement en 1992, sont désormais partiellement résolues grâce à l’élaboration de politiques générales dans les nombreux pays concernés.

« L’écologisation » de l’économie a pris son envol. Elle est désormais vue comme une voie viable pour un développement durable. Le recyclage des déchets ou leur transformation en ressources nouvelles est pratiqué dans de nombreux pays.  Il y a eu une réelle prise de conscience de la part des consommateurs.

Lors de la publication de ce rapport, Achim Steiner, le Secrétaire adjoint de l’ONU a déclaré que « Rio + 20 aura pour thèmes principaux : l’économie verte dans le contexte du développement durable et de l’éradication de la pauvreté. Pour peu que les différents protagonistes s’accordent sur la direction à suivre, cette conférence pourrait permettre de déclencher l’impulsion nécessaire pour assurer le retour au vert des différents indicateurs environnementaux, et pour que le droit au développement soit apprécié par le plus grand nombre, au lieu de ne bénéficier qu’à quelques privilégiés ».

A suivre…

Sources : PNUD , developpementdurable.com

Pour les citoyens européens, le changement climatique est plus préoccupant que la crise financière

La Commission européenne vient de publier un nouveau baromètre européen consacré au changement climatique. Celui-ci, réalisé par TNS est consacré au le sentiment des citoyens de l’Union à l’égard de cette problématique.

Il démontre notamment qu’elle préoccupe chaque année un nombre croissant de personnes. En effet, alors qu’en 2009, année marquée par la tenue du sommet de Copenhague, 64% des personnes interrogées classaient le changement climatique parmi les problèmes les plus graves auxquels nous devions faire face, elles sont désormais 68% à le faire. Mais il y a plus éloquent encore, puisque les citoyens européens estiment en majorité que le changement climatique est aujourd’hui un problème plus sérieux pour le monde que la situation économique marquée par la crise financière. D’ailleurs, 80% d’entre eux estiment que la lutte contre le réchauffement climatique peut impulser un élan économique et contribuer à la création d’emplois nouveaux.

Plus surprenant, ce baromètre souligne que la population européenne est assez largement favorable à l’idée d’une imposition des émissions de gaz à effet de serre. 68% des personnes interrogées se déclarent ainsi favorables à une telle démarche.

Cependant, seule une personne sur cinq estime avoir sa part de responsabilité dans le changement climatique. La faute reste rejetée en majorité sur les gouvernements nationaux, les institutions européennes et les entreprises.

La Commission européenne s’est pour sa part félicitée de ces résultats. Ceux-ci vont conforter sa politique de promotion d’une réduction de 20% des émissions de CO2 en 2020, par rapport à 1990.

La lutte contre la désertification s’organise au haut niveau

Le 20 septembre s’est tenu le premier forum de haut niveau de l’ONU consacré à la lutte contre la désertification et la sécheresse.

Une Convention « à la traîne », en comparaison aux conventions sur les changements climatiques ou la diversité biologique, alors que le sujet est plus que jamais un enjeu d’actualité. En effet, les périodes de sécheresse sont deux fois plus nombreuses que dans les années 1970. Une désertification qui fait que chaque année, 12 millions d’hectares de terres cultivables disparaissent, soit une superficie qui pourrait produire 20 millions de tonnes de céréales, alors que dans le même temps la population mondiale et les besoins de production alimentaire croissent de manière importante.  Le président de l’Assemblée générale de l’ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, du Qatar, a expliqué que « pas moins du quart de la masse terrestre de la planète frise la dégradation et la désertification […] Le coût économique, social et humain de la désertification est considérable. »

Deux milliards de personnes sont concernées par ce phénomène et ses impacts. Mais l’attention a surtout été attirée sur la crise qui sévit actuellement dans la Corne de l’Afrique, montrée en exemple pour illustrer les pires conséquences possibles de la dégradation des terres et de la désertification. 13 millions de personnes y souffrent de malnutrition aiguë, en grande partie à cause des mauvaises récoltes liées à la sécheresse et à une piètre gestion des terres.

Au-delà de l’enjeu de survie alimentaire de ces populations, la lutte contre la désertification est interdépendante des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, a avertit : « s’il n’est pas mis fin au phénomène de la désertification, ses impacts risquent d’annihiler nos efforts de lutte contre la pauvreté ainsi que ceux déployés en faveur de la réalisation des OMD et du développement durable. »

Cette situation d’urgence a motivé les participants à prendre des mesures de nature à favoriser l’utilisation durable des terres. M. Rajiv Shah, qui représentait les États-Unis à cette session, a déclaré : « lutter contre la désertification par le biais de la gestion des terres et du développement agricole d’une manière qui s’inscrive dans la durée est l’un des outils les plus efficaces à notre disposition pour prévenir les crises provoquées par les pénuries de vivres et les carences alimentaires. »

Source : mediaterre.org (ici et )