La Corée du Sud reprend la chasse à la baleine

Séoul a annoncé reprendre la chasse à la baleine, après 26 ans d’interruption, provoquant l’indignation des défenseurs de l’environnement. 

Lors de la réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), au Panama, la Corée du Sud a déclaré reprendre la chasse à la baleine, après 26 ans d’interruption. Le pays justifie sa décision en l’inscrivant dans le cadre d’une « recherche scientifique », à l’instar du Japon qui utilise ce même argument, lui permettant de chasser et de vendre la viande.

Le ministre des Affaires étrangères en Nouvelle-Zélande, Murray McCully, s’indigne : « le projet de Séoul n’a pas plus de crédibilité que le programme soi-disant scientifique conduit par le Japon, dont on sait depuis longtemps qu’il cache une chasse commerciale ».

Un sujet de critiques internationales 

Si le projet de Séoul ne devrait pas se concrétiser avant l’été 2013, devant être examiné par un comité scientifique de la CBI, on observe déjà une levée de boucliers. La Fédération coréenne pour l’environnement a ainsi appelé le gouvernement à revenir sur sa décision : « nous condamnons le ministère de l’Agriculture et de la Pêche pour marcher sur les traces du Japon en matière de chasse à la baleine, un sujet qui soulève des critiques internationales ».

De même, la Première ministre australienne Julia Gillard, a déclaré : « je suis très déçue de l’annonce de la Corée du Sud. Nous sommes totalement opposés à la chasse à la baleine, il n’y a aucune excuse pour une chasse à la baleine sous des prétextes scientifiques ».

La Corée du Sud autorise déjà la vente de viande de baleines attrapées accidentellement dans les filets de pêche. Néanmoins, le taux anormalement élevé de baleines capturées « par erreur » fait dire aux protecteurs de l’environnement que beaucoup sont déjà tuées délibérément.

Un phoque dans la Dordogne

Phoque moine cap blanc mauritanie trenelvalerie.com

Un phoque a été aperçu à plusieurs reprises dans la Dordogne. Les eaux de la Dordogne ne sont pas celles de Mauritanie, ok…mais notre phoque a de quoi s’amuser et nous amuser aussi…quoique, c’est parce qu’il chercherait de quoi se nourrir que l’animal aperçu sur les berge du fleuve français début avril, près de Bergerac, remonte le courant.

En effet, l’internaute.com, qui rapporte l’information, assure que d’ordinaire, « les phoques vivent dans l’océan Atlantique et ou bien dans la Manche, à proximité des îles ». Il est donc plutôt étonnant de le retrouver à près d’une centaine de kilomètres de l’estuaire de la Gironde, comme en témoigne un pêcheur du Périgord, cité par ladepeche.fr :

« De loin, j’ai cru à un morceau de bois échoué sur la berge, mais au fur et à mesure que je me suis approché, ça ne faisait plus l’ombre d’un doute. C’était bien un phoque ».

Comment ne pas avoir ici une pensée ici pour la baleine égarée dans la Tamise au coeur de Londres en 2006.

Mais réjouissons nous. Notre phoque, discret mais attentivement surveillé par les autorités, ne risquerait rien. Au contraire. Sa présence dans la Dordogne serait un excellent signe de la qualité de l’eau du fleuve, qui n’est rappelons-le, pas l’élément naturel de l’animal.

Espérons tout de même qu’il retrouve son chemin vers l’océan…