Mexique: recyclage et création font bon ménage

A une époque où la plupart des vêtements sont fabriqués en Asie à partir de tissus synthétiques et très polluants, leur transport dans les différents pays du monde étant très énergivore, la jeune créatrice mexicaine, Margarita Meza, met dans ses collections les matériaux écologiques à l’honneur. Elle tente d’imposer la prise en compte de l’environnement dans un mouvement de création durable, car « prêt-à-porter et recyclage font bon ménage »!

Photo : unami.typepad.com

Le recyclage de plus en plus à la mode

Margarita Meza, fondatrice d’une jeune entreprise de prêt-à-porter nommée Margrietina Ecofashion, se montre intransigeante lorsqu’il est question de développement durable. Elle fait partie d’une nouvelle génération de créateurs très sensibles à l’impact de la société sur la planète. Cette préoccupation est tout naturellement arrivée au cœur de sa création, impossible donc de ne pas prendre en compte l’impact de son activité sur l’environnement et les hommes.

Le travail de Margarita Meza est né de sa révolte face aux conditions de travail dégradantes qu’endurent des millions de Mexicains. La créatrice a donc décidé de créer une entreprise plus respectueuse des travailleurs et de l’environnement. Pour elle, « ce type d’entreprises se multiplie » car elles répondent « à un véritable besoin. Tout le monde en prend conscience. Nous voulons que les gens analysent leur pouvoir d’achat. Souvent nous consommons en pensant aux marques, sans essayer de savoir ce qui se cache derrière. Dans ce secteur, il peut s’agir d’exploitation au travail ou de produits dangereux pour l’environnement ». Elle tente de créer des vêtements respectueux de l’environnement, au plus près des tendances et surtout, abordables pour toutes les bourses.

Du tissu à partir de plastique recyclé

Pour élaborer ses collections, Margarita Meza encourage fortement le recyclage et, pour cela, fait preuve de beaucoup d’inventivité. En effet, elle utilise un tissu fabriqué à partir de bouteille en plastique PET, type de plastique le plus recyclé à ce jour dans le monde. Son avantage principal est d’être très résistant aux pressions et torsions, il est également d’une extrême transparence, le rendant ainsi simple de réutilisation dans le monde du prêt-à-porter.

Le PET (polyéthylène téréphtalate), est un pétrole raffiné principalement utilisé dans la composition de bouteilles recyclables, notamment de boissons gazeuses. Ce matériau assez insolite, permet donc à la créatrice de confectionner des vêtements et accessoires féminins. Une de ses créations s’est particulièrement faite remarquée par son nom, ce sont des pantoufles appelées « PEToufles ». Les matériaux utilisés proviennent, pour la plupart, de chutes de plastiques venant de diverses entreprises de recyclage.

Un succès à la clef ?

Les collections créées par l’entreprise Margrietina Ecofashion sont donc en phase avec la philosophie de la créatrice, qui est : « la consommation locale, la consommation de produits durables ». Récemment, Margarita Meza a sorti un nouveau catalogue, afin de présenter sa collection à une clientèle plus responsable. Toutefois, son enthousiasme ne semble pas encore être récompensé, les ventes de ses vêtements et accessoires n’étant pas à la hauteur de ses attentes. La créatrice explique que « la culture consistant à préférer les produits durables n’est pas très ancrée dans le pays. Le secteur de consommation de ces produits est très restreint. Nous avons néanmoins reçu un bon accueil, l’idée intéresse les consommateurs. Nous allons démontrer que l’option écologique est à la portée de tous, grâce à des vêtements de créateurs élégants et à un prix accessible ».

Après avoir porté son intérêt sur les tissus recyclés, Margrietina Ecofashion compte se tourner vers les fibres naturelles, avec la création d’une ligne de produits en bambou.

Source : Greenetvert.fr