Bisphénol A : le RES appelle le gouvernement à faire voter une loi

Le Réseau Environnement Santé (RES) réclame une adoption rapide de la loi visant à interdire le bisphénol A (BPA). Cette loi, adoptée en première lecture par l’assemblée nationale le 12 octobre 2011, vise « la suspension de la fabrication, de l’importation, de l’exportation et de la mise sur le marché de tout conditionnement à vocation alimentaire contenant du bisphénol A ».

Cette mesure devrait être en vigueur au 1er janvier 2014, le temps de permettre aux industriels de « trouver des substituts ». Et les consommateurs, pendant ce temps-là ? Que sont-ils censés faire ? Boycotter les produits à base de bisphénol A ? Ils sont tellement nombreux…

Une mesure à adopter d’urgence

Le RES estime donc qu’il devient urgent d’adopter cette loi de façon définitive. Yannick Vicaire, chargé de mission au RES, explique la situation : « le rapport de l’Anses et le vote des députés ont eu une répercussion d’ampleur internationale. Mais depuis 8 mois, il ne se passe plus rien. La loi n’est toujours pas passée au Sénat et l’Anses n’a toujours pas proposé une révision de la dose journalière admissible actuelle dont elle reconnaît qu’elle ne protège pas la population ».

Rappelons que d’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), dans deux rapports rendus publics en septembre 2011, il existe des « effets toxiques du BPA pour l’homme, même à de faibles niveaux d’exposition ». Il est donc recommandé de réduire l’exposition à cette substance des personnes « fragiles », c’est-à-dire celle des nourrissons, des jeunes enfants, des femmes enceintes ou allaitantes.

L’Union européenne est allée jusqu’à interdire, en mars 2011, la production de biberons à base de bisphénol A dans ses frontières. L’Union européenne en interdit également l’importation et la commercialisation.

Pour plus d’information, voir la page du RES consacrée à ce sujet.

Source : Metrofrance