Le Japon promeut les énergies renouvelables

Après la fermeture de ses réacteurs nucléaires, l’Etat nippon peut désormais bénéficier d’une loi lui permettant de fixer des prix de rachat d’électricité provenant de sources d’énergies renouvelables, dont l’éolien, le solaire, la géothermie et la biomasse. Cette nouvelle loi vise à promouvoir et à dynamiser le marché local des énergies vertes au Japon.

Photo: fotopedia.com

Dynamiser la consommation durable

Pour le Japon, l’objectif de cette initiative est de compenser l’arrêt des réacteurs nucléaires, suite à la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011, par les énergies propres. Les énergies nucléaires représentaient près de 30% de l’approvisionnement en électricité du pays avant le tsunami. Le gouvernement estime que la consommation durable commence par la mise en exploitation des énergies renouvelables, dont le solaire occupe une grande part. En effet, le gouvernement nippon « estime que la capacité génératrice issue des énergies renouvelables augmentera à 22 GW d’ici fin 2013. Soit 2,5 GW de plus qu’aujourd’hui, dont 2 GW seulement pour les panneaux solaires ».

Conséquemment à cet intérêt envers le solaire, les grands groupes japonais se mettent à construire des centrales photovoltaïques. Une centaine de construction de parcs solaires seraient aujourd’hui acceptées, « chacun produisant plus d’un mégawatt de capacité, pour un total cumulant à plus d’1,3 GW ». Parmi les industriels concernés par ces nouveaux projets, le célèbre fabricant japonais de matériel électronique et informatique Toshiba, qui a annoncé qu’il entamait de « vastes chantiers de construction de centrales solaires sur l’archipel ».

De plus, la nouvelle loi permet au Japon de fixer des tarifs d’achats d’électricité plus élevés pour les producteurs, principalement des sociétés d’électricités locales. Les énergies renouvelables : le solaire, l’éolien, la biomasse, la géothermie ainsi que les petites centrales hydroélectriques, bénéficieront donc d’un relèvement de leurs tarifs et d’une augmentation de leurs subventions.

Le gouvernement cherche à dynamiser le développement et la consommation durable via une campagne de promotion des énergies vertes, en faveur des industriels mais sans oublier la population nippone, principale consommatrice d’énergie au pays du soleil levant et farouchement opposée à la réouverture des centrales nucléaires. Un grand week-end de concerts antinucléaires était organisé à Tokyo le week-end dernier rassemblant des milliers de personnes.

 

Source : CleanTechRepublic.com