Sénégal : 3000 à 5000 filets de pêche perdus

Fotosearch.fr

3000 à 5000 filets perdus continuent à pêcher les ressources au fond de l’océan entre Kayar et Joal Fadiouth, au Sénégal. L’Organisation non-gouvernementale Oceanium de Dakar a révélé cette « estimation assez exacte »  ce mardi 2 août.

 

« Deux tonnes de poissons capturés qui pourrissent dans l’eau »

Les filets perdus proviennent de différentes pratiques de pêche. Il y a des filets pour la capture des seiches, du symbium-symbium, ainsi que des filets en coton et beaucoup de filets abandonnés par les chalutiers industriels.

Le plus dangereux des filets est le mono filament en nylon qui n’est pas biodégradable. Ainsi à la dérive en mer lorsqu’il est perdu, « il va y rester et continuer à pécher pendant très longtemps », explique Aly Haidar, écologiste et président de l’ONG Oceanium. Une loi sénégalaise datant de 1998 interdit la pêche avec le mono filament en nylon. Mais cette interdiction n’a jamais été accompagnée de mesures d’application, que ce soit pour la pêche artisanale ou la pêche industrielle pratiquée par des flottes étrangères.

Mais tous ces filets, une fois dans l’eau lorsqu’ils se désagrègent, libèrent des matières toxiques dans l’écosystème. Les filets prennent 600 ans pour une désagrégation complète. « En réalité, a-t-il poursuivi, il va pêcher à peu près sur une durée de deux ans pour ensuite s’affaisser au fond de la mer, tout en continuant à tuer les coquillages. »

Les filets à la dérive pêche le poisson qui meurt une fois piégé, pourrit et attire d’autres prédateurs qui seront également piégés.

 

Une manifestation pour lutter contre ce désastre

De nombreuses espèces sont menacées, le requin scie qui figure comme emblème de la monnaie régionale ouest-Africaine, a presque disparu à cause des filets perdus. « Cela est dû au fait que le rostre dentelé du requin scie s’accroche facilement aux filets perdus flottants sur de vastes zones ».

Aussi, l’ONG organise une exposition intitulée « Filets perdus », à Dakar, afin de sensibiliser le grand public sur ce désastre et d’interpeller les acteurs de la pêche et les autorités compétentes. D’une véritable gouvernance de l’environnement maritime dépendra l’efficacité de la lutte contre cette pollution de filets de pêche afin de mobiliser l’attention de tous les acteurs du milieu.

 

Sources: radioalgerie, APS, aufaitmaroc