Forum pour améliorer la gouvernance en Afrique centrale et occidentale

L’Afrique s’entend cette semaine, à Brazzaville au Congo, du 5 au 8 juillet afin de dresser le portrait de la gouvernance environnementale à travers les débats du forum régional de l’environnement en Afrique centrale et occidentale – 26 pays. L’objectif est d’obtenir un accord sur les moyens financiers, matériels et de principe pour conserver la biodiversité africaine en vue de préparer les experts des commissions à jouer un rôle d’influence dans l’agenda international de la conservation de l’environnement et du développement durable lors du congrès mondial de la nature de l’UICN, prévu du 6 au 15 septembre 2012 à Juje, en République de Corée.

Pour Mme Julia Marton-Lefèvre, directrice générale de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), « les travaux de ce forum permettront de rendre plus concrète, efficace et visible la présence de la région d’Afrique centrale et occidentale au congrès mondiale de la conservation de la nature; de tisser et de renforcer des partenaires ; d’identifier des pistes d’action concertée tant au niveau sous régional que régional ».

Elle encourage le dialogue et la discussion afin de réaliser des projets en commun capables de mobiliser toutes les autorités gouvernementales, locales, associatives… Ainsi les Etats africains seront plus actifs lors du Congrès pour défendre leurs priorités communes.

Les questions traitées lors du forum sont nombreuses sur le thème de la « Coalition pour la conservation de la biodiversité et la gestion durable des paysages forestiers confrontés au changement climatique » :

–          les questions des aires protégées, de développement durable et changement climatique dans le contexte de l’Afrique centrale ;

–          les questions de la lutte contre l’érosion côtière en Afrique de l’ouest ;

–          les questions face à la stratégie forestière du Canada en Afrique centrale ;

–          les questions de l’écosystème et sécurité alimentaire ;

–       les questions de stratégies et d’opportunités de financement de la conservation des écosystèmes, ainsi que la question de la biodiversité en Afrique centrale.

La présence des experts nationaux témoigne déjà de l’intérêt suscité par ces questions. Cela démontre aussi selon Henri Djombo « la nécessité de mettre en place une coopération active sur la gestion écosystème des paysages naturels d’Afrique ». Les Etats d’Afrique ont les mêmes problèmes, c’est pourquoi « les pays d’Afrique centrale et occidentale sont condamnés à travailler ensemble » pour trouver une solution au problème.

Finalement, la déclaration de Mme Julia Marton-Lefèvre « l’Afrique est peut-être le continent le plus démuni en ressources financières, mais avec un milliard d’habitants en majorité jeune, des écosystèmes naturels riches et diversifiés et d’importants bassins fluviaux comme le Congo et le Nil, c’est aussi le continent de l’avenir »

Sources: afriquinfos, afriquejet, africatime